Le recyclage des batteries des voitures électriques

Par Mario Dakpogans | Le 07/09/2022 | Environnement | Green

  • Partager l'article sur :

L’avenir prometteur des nouveaux véhicules pose aujourd’hui un défi colossal, celui de la gestion des batteries lorsqu’elles sont à bout de course. Le recyclage de ces batteries, une des solutions pour éviter une catastrophe environnementale, préoccupe donc tous les écolos. Voici ce qu’il faut retenir sur le sujet.

Depuis quelques années, les voitures électriques sont devenues la solution pour en finir avec la pollution massive des voitures à moteurs thermiques. Si la voiture électrique ne pollue pas autant que les voitures classiques, elle est cependant loin d’être sans danger pour l’environnement. En effet, les batteries qui les nourrissent peuvent être de véritables sources de pollution si elles ne sont pas bien gérées. Lorsqu’elles sont en fin de vie, les recycler au lieu de s’en débarrasser dans la nature est un geste écologique. Si vous envisagez de vous offrir une voiture électrique dans le but de réduire votre empreinte carbone, la question du recyclage des batteries devrait vous intéresser.

La filière voiture électrique, de plus en plus présente en France

Toutes les personnes soucieuses de l’environnement amorcent avec confiance une transition écologique. Pour rouler plus proprement sur les routes, les voitures électriques sont la solution du moment. En conséquence, la part de voiture électrique dans le parc automobile mondial ne fait que s’accroître. La même tendance s’observe logiquement en France, que ce soit en métropole comme dans les départements et les territoires d’outre-mer.

Les différentes prévisions et les sondages assurent que ces véhicules plus respectueux de l’environnement finiront par remplacer la voiture classique. La France, où le marché de la voiture électrique est en plein essor, expérimente déjà ce changement.

Pourquoi est-ce que le sujet du recyclage des batteries suscite-t-il autant d’intérêt ?

Dans les voitures électriques, on peut dire sans se tromper que la batterie est l’élément le plus important. Avec un poids estimé entre 300 et 600 kg, ces batteries sont donc très imposantes. Aussi, au bout d’une dizaine d’années, elles perdent de leur autonomie et nécessitent donc un remplacement. Cependant, ce n’est pas cela qui inquiète les écologistes. Le problème, c’est que ces gigantesques piles contiennent de nombreux éléments polluants très dangereux pour l’environnement et la santé humaine. Comme exemple, on peut citer les composantes suivantes :

  • Du plastique pour l’enveloppe  ;
  • Des solvants (eau, acide sulfurique)  ;
  • De l’électronique  ;
  • Des métaux (cuivre, lithium, cobalt, plomb, nickel, manganèse ou aluminium).

Au-delà de l’impact environnemental désastreux que le recyclage évite, il permet également de faire beaucoup d’économies. En fait, une batterie de voiture électrique usée conserve de la valeur même lorsqu’elle est dite « usée ». Elle conserve même entre 70 et 80 % de sa capacité initiale. Si cela n’est pas suffisant pour la traction d’un véhicule de plusieurs tonnes, une utilisation pour d’autres applications est possible.

Où en est-on aujourd’hui avec le recyclage des batteries usagées ?

Au vu des informations précédentes, il est clair qu’un recyclage s’impose pour des raisons environnementales, mais aussi économiques. Si vous vous demandez si cela est possible de nos jours, la réponse est oui. Ceux qui pensent le contraire ont donc tout simplement tort. D’ailleurs, les pouvoirs publics ont fait du recyclage de ces piles une obligation légale. En France comme partout en Europe, la directive européenne 2006/66/CE et l’article R543-130 du code de l’environnement contraignent les constructeurs automobiles à recycler leur batterie. Les constructeurs nouent donc des partenariats avec des entreprises spécialisées afin de leur confier cette tâche.

La filière de transformation de ces piles et accumulateurs est même devenue très florissante de nos jours, notamment à cause du vif intérêt que la question soulève. Des usines s’ouvrent donc un peu partout dans le monde, et cela promet de relever le recyclage, estimé aujourd’hui à 60 % à plus de 90 %. À ce stade, de nombreuses batteries ont déjà été réutilisées, surtout pour du stockage stationnaire d’énergie renouvelable.

Le géant français du nucléaire Orano se compte aujourd’hui un acteur majeur du domaine, avec son projet pilote. Redwood Materials avec son usine de recyclage, ou encore la start-up suédoise Northvolt sont eux aussi incontournables.

Toutefois, il est bon de savoir que les batteries ont un cycle de vie assez important. 10 à 15 ans pour les batteries de traction sur le BEV et au moins 5 ans en stationnaire. Cela correspond à une durée de 20 ans environ, avant de voir le premier gros volume de batteries arrivées au recyclage.

Que fait-on des batteries des voitures électriques en Outre-mer ?

Il n’y a pas qu’en France métropolitaine que le recyclage est possible. Ainsi, si vous achetez une Renault Zoe neuve ou d’occasion dans les DOM-TOM et que la batterie s’use, vous pourrez la remplacer et la recycler. De nombreuses solutions s’offrent à vous. Vous pourrez faire le choix de laisser votre vielle pile chez un garagiste agréé ou un revendeur de pièces automobiles. De grandes surfaces qui récupèrent les batteries existent aussi dans les DOM-TOM. Si la voiture elle-même est usée, vous pourrez simplement la laisser à la casse, comme vous le feriez avec une voiture classique. Une fois que vous les laissez dans ces points de collecte, elles finiront dans les centres de recyclage pour leur transformation.

Comment recycle-t-on les batteries de voitures électriques ?

Le recyclage batterie voiture électrique consiste à extraire et à séparer les matériaux que renferment ces énormes accumulateurs. Tout commence par le broyage ou la chauffe de ces batteries dans un four à pyrolyse. Les différents métaux contenus dans les batteries sont ensuite séparés par le feu ou par la chimie. À la fin de ce large éventail de procédés chimiques et mécaniques, on obtient des poudres et des lingots de matières premières.

On peut donc obtenir des sels de nickel ou de cobalt, du carbonate de lithium, du cuivre, du cadmium ou encore de l’aluminium, réutilisables. Au lieu de les extraire à nouveau dans les mines primaires, ce recyclage industriel permet de les capter dans ces déchets.

La récupération et le recyclage des batteries suffisent-ils pour préserver l’environnement ?

C’est la question que tout le monde devrait se poser. Même avec un taux de recyclage de l’ordre de 90 %, on doute que l’environnement ne soit négativement impacté. Les centaines de milliers de tonnes de batteries usées par an que l’on projette rendent l’opération zéro déchet totalement impossible. De ce fait, le recyclage des batteries de voiture ne suffit pas. Une autre solution pour limiter cette forte dégradation de notre milieu de vie est de réduire la taille de ces piles de traction. Cela implique de limiter par exemple la puissance et la masse des voitures elles-mêmes. Au lieu de prévoir une autonomie maximale, une voiture électrique avec la bonne autonomie serait l’idéale. Les consommateurs soucieux de l’environnement et les politiques doivent donc inciter les fabricants à agir dans ce sens.

Pour +

L’état de santé de la batterie d’une voiture électrique

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS7 CROSSBACK
34 900 €
39 900 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS7 CROSSBACK
38 070 €
43 070 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
VOLKSWAGEN
GOLF
32 201 €
36 701 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.