Plusieurs groupes s’intéressent à la mobilité électrique aux Antilles

Par Redaction | Le 13/10/2021 | Environnement

C’est une première à plus d’un titre. Déjà, l’Autorité de la Concurrence s’est penchée pour la première fois sur le marché des bornes de recharge électrique. Ensuite, cette analyse inédite est liée à la volonté d’un conglomérat antillais de proposer une solution de rechargement électrique en Guadeloupe puis Martinique et Guyane.

Ce projet d’entreprise commune est nommé GMOB et est à l’initiative de quatre entités bien connues du paysage industriel de Guadeloupe. AGI, qui est une filiale du groupe Loret importateur-distributeur notamment de véhicules. EDF PEI, filiale d’EDF et GENAK filiale du groupe Genergies, actifs dans le secteur de l’énergie. Enfin, la Société antillaise frigorifique (SAFO). Cette dernière, créée en 1962, s’est développée dans la grande distribution et le marché de gros aux Antilles et Guyane.

L’opération « n’entraîne pas de chevauchement d’activité entre les parties et l’entreprise commune, sur le marché de l’installation et de l’exploitation de bornes de recharge, dans la mesure où seule GMOB sera active sur le marché des bornes publiques », a notamment commenté l’Autorité de la concurrence, qui après analyse des marchés et des différentes entités, a autorisé l’opération « sans réserve ».

Une transition plus difficile qu’ailleurs

L’opération ? Elle consiste donc à développer un réseau de bornes de recharges publiques ainsi que pour particuliers. Pas une révolution en soi. Un marché porteur surtout, sur lequel de nombreux acteurs se lancent, notamment à la Réunion, pour rejoindre certains pionniers, comme EZ Drive Technologies (cf en bas d’article). Le constat est simple : très prochainement, la mobilité sera électrique (véhicules, mais aussi scooter, trottinettes, services publiques…). Il faut donc un maillage et un réseau solide pour accompagner, voire booster, cette évolution.

Sur la problématique énergétique, le directeur de cabinet du président de la Région Guadeloupe, Ruddy Blonbou, rappelait la difficulté de la transition dans les îles. « Les réseaux électriques ont une limite physique dans nos îles », confiait-il (cf en bas d’article). Le réseau « open data » d’EDF mis en place dans les Zones Interconnectées (ZNI), permet de réguler la consommation électrique en fonction de la quantité consommée pour éviter de saturer les réseaux. Aujourd’hui, la majorité de l’électricité produite dans les territoires d’Outre-mer est issue de la consommation de pétrole, sauf en Guyane qui possède « l’énergie la plus verte de France », grâce au barrage de Petit-Saut (cf en bas d’article).

Proposer des voitures autonomes ?

Au-delà de la problématique de production, c’est le réseau de distribution qu’il faut mettre en place. Aujourd’hui, les bornes de recharge en Outre-mer se trouvent chez les professionnels (entreprises, organismes d’Etat, magasins) ou chez les particuliers. Les stations-services développent le service sur le tard en Outre-mer. Ces dernières doivent passer par des opérateurs et sont encore indécises dans leur choix de contrats.

Enfin, et surtout, il y a l’économie autour de ce marché. Ce qu’il coute et ce qu’il rapporte. Etant très subventionné, le cout est pour l’instant maitrisé par les aides de l’Etat. Ce qu’il rapporte reste une incertitude, au moins pour le marché publique. Si la recharge complète coute 6€ à domicile et 45€ en borne publique, un habitant d’une île aura vite fait de calculer ses trajets pour ne pas avoir à passer par la case recharge publique.

Le projet GMOB n’a pas encore été concrètement présenté. L’Autorité de la Concurrence, qui a communiqué au début du mois sur son feu vert pour la création, rendra publique l’intégralité de sa décision prochainement. L’enjeu est de taille car pour la première fois dans ce secteur, ce sont des acteurs différents d’une même filière qui se réunissent. « Nous sommes conscients que très vite, tout le monde vendra des bornes », nous confiait Odile Coumeau, directrice commerciale d’EZ Drive (lire ci-après). L’enjeu économique n’est pas dans la borne en elle-même, mais dans l’application et les services qu’elle propose. « A termes, pourquoi pas proposer directement une batterie chargée ou des voitures autonomes qu’on commande directement selon ses besoins sans avoir besoin de l’acheter », concluait-elle. Avec les acteurs de GMOB, c’est ce qui semble se dessiner en Guadeloupe actuellement.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
SUZUKI
SCROSS
18 990 €
19 990 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
26 670 €
30 170 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
VOLKSWAGEN
GOLF
47 000 €
51 916 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.