Garantie constructeur ou complémentaire : que choisir ?

Par Redaction | Le 09/06/2023 | Conseils achat / vente | Guides & Essais

Pour rappel, un contrat d’assurance auto est obligatoire pour tous les véhicules en circulation en France. Ces contrats protègent le souscripteur en proposant des garanties. Deux options courantes sont la garantie constructeur et la garantie complémentaire. Alors, quelle est la différence entre ces deux types de garanties et comment choisir celle qui convient le mieux à vos besoins ?

Quel est l’intérêt d’une garantie pour un véhicule ? 

La garantie d’une voiture consiste en une obligation ou une proposition faite par le vendeur de la voiture. Dans le second cas, l’application de la garantie peut être gratuite ou payante. Elle garantit que le véhicule sera réparé ou remplacé en cas de défauts de fabrication ou de problèmes mécaniques pendant une période spécifiée. Cela peut inclure le moteur, la transmission, le système de freinage, le système électrique et d’autres composants essentiels du véhicule.

Cependant, la garantie peut exclure certains éléments : l’usure normale, les dommages causés par une mauvaise utilisation ou un entretien inapproprié. Les détails précis de la garantie peuvent varier en fonction du fabricant et du type de contrat souscrit. 

Comment fonctionne la garantie constructeur ?

Lors de l’achat d’un véhicule neuf, l’acheteur bénéficie de la garantie constructeur. Facultative, elle prend en charge les défauts après l’achat et l’usage du véhicule. Il s’agit d’une assurance qui couvre le problème relatif aux pannes mécaniques, électroniques ou électriques. Et ce, pour une durée définie par le constructeur dans le contrat de vente.

En cas de problème couvert par la garantie, vous devrez généralement contacter le service après-vente du constructeur. Le fabricant peut vous demander de fournir la preuve d’achat (bon de livraison, ticket, facture) et de décrire le problème rencontré. Selon la nature du problème, le constructeur peut vous demander de retourner le produit pour réparation ou vous fournir des instructions pour obtenir une réparation auprès d’un centre de service agréé. Dans certains cas, le fabricant peut également décider de remplacer le produit défectueux par un produit neuf ou remis à neuf.

Il est important de noter que la garantie constructeur peut avoir des limitations et des exclusions. Par exemple, la garantie peut ne pas couvrir les dommages causés par une mauvaise utilisation, un accident, une négligence ou une intervention non autorisée. Il est essentiel de lire attentivement les termes et les conditions de la garantie pour en comprendre les limites.

Qu’est-ce qui est compris dans la garantie constructeur ?

La garantie constructeur est un avantage indéniable, car elle vous permet de faire réparer ou remplacer votre véhicule sans frais supplémentaires pendant la période de garantie.

En cas de défaut, le constructeur prendra en charge la réparation : le remorquage, les pièces de rechange et les frais de main-d’œuvre. En général, la garantie constructeur exclut les pièces d’usure, comme les freins, les pneumatiques ou les amortisseurs.

Garantie constructeur ou complémentaire : que choisir ?

La garantie complémentaire est une extension de la garantie constructeur. Elle est proposée par des tiers, tels que des revendeurs ou des compagnies d’assurance, et elle offre une protection supplémentaire au-delà de la garantie constructeur. La garantie complémentaire peut prolonger la période de couverture ou élargir la gamme des défauts et des pannes pris en charge. Elle peut également offrir des services supplémentaires, tels que l’assistance routière ou la réparation à domicile. Cependant, il est important de noter que la garantie complémentaire est généralement payante, et les conditions et les coûts peuvent varier considérablement selon le fournisseur.

Si la garantie constructeur offre une couverture adéquate pour la durée prévue d’utilisation du produit et répond à vos besoins, il peut être judicieux de ne pas opter pour une garantie complémentaire. En revanche, si vous souhaitez étendre la période de couverture ou si vous voulez une protection supplémentaire pour des problèmes spécifiques, la garantie complémentaire est une option intéressante. Il est important de comparer différentes offres de garantie complémentaire, de vérifier les exclusions et de prendre en compte les coûts supplémentaires.

Les garanties auto complémentaires et/ou supplémentaires

D’autres garanties peuvent être ajoutées au contrat d’assurance. Par défaut, les contrats d’assurance ne prennent pas tout en compte. Le degré de couverture de votre assurance auto dépend du contrat que vous avez signé. Voici une liste non exhaustive des contrats garanties auto auxquelles vous pouvez souscrire : 

Néanmoins, les assureurs ont le droit de refuser les demandes de mise à jour des garanties d’assurance auto et ce, sans justification. Par ailleurs, il existe des situations qui entraînent ce qu’on appelle des exclusions de garantie. Les plus courantes sont : la conduite sans permis, l’entorse aux règles de sécurité, la conduite en état d’ivresse… Il en est de même des situations comme le délit de fuite, le vol sans effraction ou encore, l’excès de vitesse.

Quels sont les 3 types de garanties légales ?

Il convient de noter que la garantie constructeur diffère des garanties légales. Ces dernières offrent des droits supplémentaires aux consommateurs, indépendamment de la garantie constructeur.  

La garantie légale de conformité 

Selon l’article L. 217-4 à L.2017-14 du Code de la consommation : « Le vendeur livre un bien conforme au contrat et répond des défauts de conformité existant lors de la délivrance ». Ainsi, la garantie légale de conformité protège l’acheteur contre les défauts de conformité qui existent déjà au moment de la livraison du véhicule, neuf ou d’occasion. La garantie légale de conformité n’engage qu’un vendeur professionnel de véhicules. Elle s’applique sur une durée de 2 ans après la transaction. 

En cas de défaut ou de non-conformité d’une pièce, l’acheteur a le droit de demander que des réparations soient effectuées, le remplacement de la pièce en cause et voire même, le remboursement au vendeur. Sachez que cette garantie ne s’applique pas dans le cas où l’acheteur connaissait le défaut au moment de l’achat, qu’il l’ait lui-même constatée ou repérée grâce à l’information donnée par le vendeur. En outre, vous n’aurez pas à prouver que la défaillance n’est pas liée à l’usage que vous en avez fait. La garantie légale de conformité peut d’ailleurs être mise en œuvre dans les 6 mois pour une voiture d’occasion. Passé ce délai, ce sera à l’acheteur d’apporter la preuve que le défaut était bien présent au moment de la vente. Et, il reviendra au vendeur de démontrer que le problème est apparu après la signature du contrat.

La garantie légale des vices cachés 

Comme la garantie de conformité, la garantie des vices cachés est également imposée par la loi. L’article 1641 à 1649 du Code Civil dispose que : « Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise, ou n’en aurait donné qu’un moindre prix, s’il les avait connus. » Applicable obligatoirement selon le Code de la consommation, elle permet d’offrir une protection maximale au consommateur, contre la mauvaise foi du vendeur. Cette garantie est aussi bien opposable à un vendeur particulier qu’à un professionnel. 

L’acheteur a le choix entre rendre le véhicule et se faire restituer le prix ou le garder et se faire rendre une partie du prix. Dans ce cas de figure, le coût des réparations doit être supporté par le vendeur, ainsi que d’éventuels dommages et intérêts. Elle est valable 5 ans à partir de l’achat du véhicule (neuf ou d’occasion). Et, vous disposez de 2 ans pour prévenir le vendeur par courrier, recommandé de préférence. Le vice doit être non détectable l’oeil nu, antérieure à la vente et ne doit pas concerner les pièces d’usure.

Les garanties commerciales ou contractuelles

Les professionnels peuvent proposer des garanties automobiles à leurs clients. On parle alors de “garanties commerciales ou contractuelles” propres à chaque marque. « La garantie commerciale fait l’objet d’un contrat écrit, dont un exemplaire est remis à l’acheteur. Le contrat précise le contenu de la garantie, les modalités de sa mise en œuvre, son prix, sa durée, son étendue territoriale ainsi que le nom et l’adresse du garant. » – extrait de l’article L217-15 du Code de la consommation

Les garanties commerciales ne sont pas obligatoires. De ce fait, les vendeurs et les constructeurs sont libres de le faire ou non. Et, de fixer la durée, ainsi que l’étendue qui leur conviennent dans le contrat de vente. Cela peut se faire gratuitement ou moyennant paiement. Même si elle n’est pas imposée par la loi, cette garantie prend effet dès la signature de ce dernier. En règle générale, les prestations prises en charge ne s’appliquent pas pour réparer ou remplacer les pièces d’usure.

Ainsi, la garantie constructeur est une garantie commerciale ou contractuelle. Elle s’ajoute donc aux 2 garanties légales obligatoires, ci-dessus. Mais contrairement aux garanties légales qui couvrent un défaut antérieur à la date d’achat, la garantie constructeur concerne les incidents apparus avant ou après l’achat.

Il est important de noter que les garanties légales et la garantie commerciale peuvent coexister, et dans certains cas, la garantie commerciale peut être plus avantageuse pour le consommateur. L’acheteur peut donc invoquer les garanties légales et/ou la garantie commerciale en fonction de sa situation et de ses droits.

Faut-il souscrire un contrat d’extension de garantie automobile ?

L’extension de garantie est un contrat d’assurance facultatif et facturé par le constructeur ou par un spécialiste de la garantie. Son objectif principal est donc de permettre au futur acheteur de conduire sa voiture sereinement plus longtemps. Il s’agit d’un véritable atout pour la protection de votre voiture. 

Certains constructeurs automobiles proposent même des extensions de garanties automobiles qui peuvent aller jusqu’à 10 ans. L’extension pourra encore prendre effet même si le propriétaire du véhicule change. Néanmoins, l’extension de garantie est généralement accompagnée d’une clause de kilométrage et de l’exclusion de certaines pièces.

Plus d’informations Extension de garantie auto : cela en vaut-il la peine ?

Extension de garantie voiture occasion utile ou pas ?

Lorsqu’il s’agit d’une voiture d’occasion, décider d’opter pour une extension de garantie peut être une décision complexe. L’extension de garantie auto n’est certes pas gratuite comme les garanties légales. Mais s’avère utile pour se protéger sur le long terme contre les pannes coûteuses, par exemple.

Combien coûte une extension de garantie voiture occasion ?

En moyenne, il faut prévoir entre 20 et 30 euros par mois pour une extension de garantie pour une voiture d’occasion.

En conclusion, choisir entre la garantie constructeur et la garantie complémentaire dépendra de vos besoins individuels, du type de produit et de votre tolérance au risque. La garantie constructeur offre une protection de base, tandis que la garantie complémentaire étendue offre une tranquillité d’esprit supplémentaire. Dans tous les cas, il est essentiel de comprendre les termes et les conditions de la garantie, de comparer différentes options et de prendre une décision éclairée pour protéger vos investissements.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
34 000 €
60 590 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
19 900 €
29 260 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 3
31 113 €
37 270 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *