Stéphanie, future ingénieur : une Rajoël 3.0

Par Sportcom 974 | Le 25/01/2022 | Sports mécaniques

«Les trois premiers mois en métropole sont toujours un cap difficile pour quelqu’un habitué à vivre à la Réunion,» expliquait Stéphanie Rajoël. « Nouvel environnement, autonomie totale, régime alimentaire évidemment adapté, climat… tout est différent. Nous sommes une famille très soudée et cette séparation physique a été assez difficile pour nous tous. » Durant ces trois premiers mois d’exil, plusieurs aller-retour vers la Réunion ont permis d‘apporter une dose de progressivité. « Heureusement j’ai la chance d’avoir des parents qui m’ont parfaitement installé à Paris. Je dispose de tout le nécessaire pour poursuivre mes études.» 

Bercée dans le sport automobile

Baignée dans le monde du sport automobile depuis son plus jeune âge, c’est in utero que Stéphanie a disputé son premier rallye. « J’ai donc disputé mon premier rallye lors du Tour Auto 2001 quelques mois avant ma naissance,» souriait l’élève ingénieure. «J’étais aux premières loges dans le ventre de maman. Je n’en ai évidemment aucun souvenir.» Qui sait, peut-être les vibrations et fréquences d’une auto de course en action ont-elles pré-conditionnées l’aîné de la fratrie.

«Difficile de décrire mon premier souvenir concernant le rallye. Il y en a tellement ! Avec des parents garagistes et tellement investis tant pour leur vie de pratiquants que pour leur participation à l’ASA Réunion depuis toujours il y a tant de souvenirs. Je me souviens de mes heures aux côtés de papa quand il préparait sa voiture je n’avais que deux ou trois ans !»

Difficile de faire la part des choses entre ses propres souvenirs et ce qu’elle a appris. « Tout bébé alors que j’étais dans mon baby relax, j’ai été placée sur la roue de secours dans la voiture de course. Je n’avais que quelques mois mais difficile de savoir si c’est un souvenir réel ou un souvenir de ce que l’on m’en a dit. » s’amusait-elle.

Quand la passion devient métier

Après être passée dans la prépa MPSI à la Réunion durant deux années, Stéphanie opte pour une école d’ingénieur à Paris. « Le niveau de cette prépa à la Réunion est vraiment costaud. En arrivant dans l’école en métropole, pas de décrochage. Nous avons été parfaitement préparés. C’est la même chose pour tous ceux qui ont fait cette prépa au lycée Leconte Delisle à Saint Denis de la Réunion.» Au terme de ce premier trimestre, les résultats de l’élève ingénieure sont très prometteurs avec d’excellentes notes.

Pour son cursus, l’immersion dans le monde réel est primordial. « Grâce à l’intervention et aux conseils et relais de Robert Galli, j’ai pu prendre contact avec CHL. C’est cette écurie qui fait évoluer le multiple Champion de France Yoann Bonato. Depuis début Janvier je suis donc intégrée dans cette structure pour mon premier stage. C’est un vrai plaisir ! J’apprends énormément avec une mise en situation réelle. Mon premier travail a été d’adapter et définir des tableaux permettant de calculer la consommation carburant. Cela pour définir précisément les quantités de refuelling. Il faut coder toutes les variables pour automatiser le process. La précision dans la documentation est essentielle. Cette semaine (au moment même où paraîtront ces lignes NDLR) j’ai une mission terrain avec une séance dédiée aux pneumatiques sur une Citroën C3 R5. C’est vraiment du travail très gratifiant et formateur chez CHL

Avec une passion pour les sports mécaniques et notamment le rallye, Stéphanie entrevoit un avenir prometteur. « Je ne suis pas sectaire.» souriait-elle. « L’expérience de la piste sera évidemment précieuse mais c’est vrai que je pense rester sur un développement pour un poste d’ingénieur d’exploitation en rallye. Cela implique la collecte et l’analyse des data avant d’apporter les bons réglages pour optimiser les performances  du tandem pilote/voiture.»

Un avenir prometteur pour Stéphanie Rajoël

Néanmoins, la département RD* reste une piste professionnelle sur laquelle se projeter. « Cette école propose un cycle de 3 ans. Cette année est assez généraliste et permet de valider les acquis avant une spécialisation en deuxième année. Clairement ce sera pour moi une spécialisation vers les véhicules avec option électrique/ hybride. Les sports mécaniques évoluent rapidement et l’avancement des nouvelles technologies limitant l’utilisation des carburant fossiles est foudroyant. Les avancées sont légion avec des performances en termes d’autonomie et de performance rapides. Énormément de domaines sont encore à explorer avec des contraintes d’étanchéité à développer par exemple

Au terme de ce premier stage d’un mois, la réunionnaise repartira sur Paris début Février. Stéphanie Rajoël terminera cette première année d’école d’ingénieur avant de signer un deuxième stage immersif. « On a déjà plusieurs contacts pour l’année prochaine avec un stage qui durera plusieurs mois. Seat en TCR et M-Sport en Rallye font partie des pistes les plus solides et j’ai vraiment hâte de poursuivre cette passion de laquelle je suis en train de construire une vie professionnelle.»

Seule déception pour celle qui aura copiloté son père lors du rallye de la Plaine des Palmistes en 2019 : CHL n‘est finalement pas présent au Rallye de Monté Carlo 2022. « Ce n’est que partie remise. C’est vrai que ça aurait été génial. Mais dans le même temps, j’apprends tellement de process ici chez CHL ! Je suis vraiment au cœur de mon futur métier avec de vraies responsabilités et de mises en situation. Concilier passion et métier, c’est vraiment une chance absolue.»

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
YARIS
20 580 €
23 580 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
LEXUS
IS
29 990 €
30 990 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
CUPRA
FORMENTOR
48 900 €
 
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *