La MT-10 de Yamaha, un succès retentissant qui se maintient

Par Tom Larcher | Le 14/06/2022 | Essais Motos | Moto

Points forts :

  • Châssis
  • Freinage
  • Mode de conduite
  • Régulateur et limiteur de vitesse

Points faibles :

  • Face avant
  • Commodos
  • Guidonnage
  • Amortisseur de direction
  • Mode de conduite

C’est dans un cadre idyllique qu’on retrouve aujourd’hui Benjamin Aires. Si le cadre est aussi soigné, c’est que l’enjeu est de taille. Aujourd’hui il nous présente la mythique MT-10, doyenne de la gamme MT qui a fait briller le fabricant japonais. Si cette gamme a autant de succès, c’est qu’elle n’a jamais cessé d’étonner les amateurs de deux roues, et ce d’année en année. Aujourd’hui, la nouvelle MT-10 se refait une beauté, et profite de quelques améliorations, on fait le tour :

L’apparence, une prise de risque

Cette année, le roadster a le droit à une nouvelle apparence. Le concessionnaire innove et redesign sa moto, lui donnant un air très « transformeur ». La face avant, très atypique, plait ou déplait selon les goûts, mais témoigne d’une prise de risques de la part du fabricant. La signalétique full LED, elle est une réussite totale, et donne une très belle signature lumineuse. Cette MT hérite notamment des phares avant de sa grande sœur la R1.

En ce qui concerne le guidon aussi, on remarque un très bon travail. Comme le dit benjamin, cette année la MT-10 possède « un guidon street, bien large, bien adapté ». Ce guidon, légèrement incliné, donne une position de conduite très engagé en avant, ce qui ne déplait pas à notre essayeur. Le seul potentiel « hic », ce sont les commodos. Effectivement, les poignées du guidon sont relativement chargées en boutons, ce qui complique la prise en mains des commandes du tableau de bord.

L’écran TFT et la selle restent les mêmes que sur l’ancienne version, car ils ont prouvé leur efficacité à maintes reprises. La selle offre une bonne position et un bon confort de conduite, ce qui sera moins le cas pour un éventuelle passager. Néanmoins, on l‘équipe cette année d’un nouveau pot d’échappement en titane et d’une boîte à air retravaillé. Alors que les motos d’origine ont toujours un bruit mitigé, cette nouvelle configuration devrait mettre tout le monde d’accord.

Les performances terrifiantes de la MT-10

Mais ce qui fait le charme du roadster, c’est bien évidemment son moteur. On ne le présente plus, le Crossplane fait son retour, et comme à son habitude le résultat est détonnant. Ce 4 cylindres en ligne de 998 cm3, qui développe 165,90 ch s’est petit à petit construit une image grâce à ses performances, comme sur la R1. Pour le modèle 2022 de la MT-10, la cartographie du Crossplane a été retravaillée pour avoir plus de couple et moins d’allonge, version roadster oblige.

Et sur ce type de moteur, Yamaha a rusé. Cette année, le modèle propose un tas d’assistances électroniques et de modes de conduites différents, tous connectables et déconnectables pour adapter au mieux la moto à notre conduite. Des assistances efficaces comme l’antiwheeling, mais qui ne sont pas trop envahissantes. Le parfait compromis en somme. Tous ce matériel porte le poids du roadster a 212 kilos tous pleins faits, pour un réservoir de 17L.

« Un petit démon sur roue »

Benjamin Aires, essayeur pour Oovango

Et c’est une fois sur la route que l’on comprend vraiment l’utilité de ces assistances électroniques. Car même si la partie cycle est irréprochable et offre une conduite agréable et précise, il ne faut pas en oublier sa puissance. Car ce roadster est une véritable bombe de puissance, et son très bon couple la rend très vive, ce qui donne un combo détonnant. Sa conduite nécessite donc une bonne expérience et surtout une configuration adaptée des modes et assistances pour ne pas se faire de frayeur, comme de gros guidonnage, présent sur ce genre de grosse cylindrée.

Heureusement, le système de freinage est très complet. Il permet d’effectuer des freinages efficaces, sans pour autant dénaturer la conduite. Au final, la MT-10 de Yamaha n’a pas perdu de sa splendeur. Même si quelques accros se révèlent encore, son moteur Crossplane et son châssis en font d’office une très bonne moto, à appréhender avec précaution.

Caractéristiques

  • Moteur : 4 cylindres en ligne , 4 temps
  • Cylindrée : 998 cm3
  • Puissance : 165,9 ch à 11 500 trs/min
  • Couple : 1112 Nm à 9 000 trs/min
  • Réservoir : 17 litres
  • Hauteur de selle : 835 mm
  • Longueur : 2 100 mm
  • Largeur : 800 mm
  • Hauteur : 1 165 mm
  • Empattement : 1 405 mm
  • Poids en ordre de marche : 212 kg
  • Assistance au freinage : ABS
  • Trains avant : fourche téléhydraulique inversée Ø 43 mm
  • Freins avant : 2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux 4 pistons
  • Trains arrière : mono-amortisseur, déb : 120 mm
  • Freins arrière : 1 disque Ø 220 mm, étrier 1 piston
  • Refroidissement : liquide
  • Prix Martinique : 16 499€
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
26 170 €
30 170 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
25 490 €
30 990 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
19 940 €
23 940 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (2)
  • Le 20/06/2022 | Frijolito

    Sur l'ancien modèle on peux changer les modes de conduite en roulant dommage que l'on ne peux pas le faire sur la nouvelle version et niveau conso j'aimerais bien savoir si elle consomme autant ou ils ont amélioré ça

  • Le 16/06/2022 | Shango

    Malgré la différence de prix avec la France, dès son arrivée en Martinique je l'achèterai, j'ai succombé à son charme. Je passe de Kawa à Yamaha Merci pour ces commentaires BenJ. Une démonstration wheeling n'aurait pas été de trop.....

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *