Les véhicules de démonstration : une bonne affaire ? 

Par Hélène Luz | Le 07/11/2023 | Conseils achat / vente

Vous souhaitez obtenir le meilleur rapport qualité-prix pour votre prochaine voiture ? Vous avez peut-être entendu parler des voitures de démonstration et vous vous demandez si elles peuvent être une option intéressante. Ces dernières sont des modèles récemment immatriculés par les professionnels de l’automobile, tels que les constructeurs ou les concessionnaires, dans le but de présenter directement aux clients un modèle en particulier. Après quelques mois d’utilisation, ces véhicules sont revendus avec une remise plus ou moins intéressante. L’achat d’une voiture de démonstration peut effectivement être avantageux sur le plan financier. Cependant, il est essentiel, pour votre tranquillité d’esprit, de prendre certaines précautions avant de se lancer dans cette transaction. 


C’est quoi une voiture de démonstration ou une VD ?

Une voiture de démonstration est un véhicule en bon état et récent, d’un poids total autorisé en charge inférieur à 3,5 tonnes, destiné à être présenté, mais surtout à servir de test client sur route par un professionnel de l’automobile. Son principal objectif est d’offrir aux potentiels acheteurs de se familiariser avec le modèle avant de prendre une décision. La particularité des voitures de démonstration réside dans leur statut juridique. En effet, ces dernières sont immatriculées au nom du concessionnaire ou du vendeur et portent la mention « véhicule de démonstration » sur leur certificat d’immatriculation. Cette mention est suivie d’une date indiquant la fin de validité pour cet usage spécifique.

L’utilisation principale des voitures de démonstration se limite généralement à des essais autour du concessionnaire automobile en présence d’un vendeur. Cela confère l’opportunité aux clients intéressés par un modèle particulier d’avoir une première expérience concrète avec lui avant éventuellement de passer commande. Cependant, il convient également de souligner que les voitures utilisées comme VD peuvent varier considérablement en termes kilométrage parcouru et durée depuis leur première immatriculation. Ainsi, certains modèles peuvent n’avoir été utilisés que pour quelques dizaines ou centaines kilomètres tandis que d’autres auront pu accumuler plusieurs milliers voir dizaines milliers kilomètres pendant leurs périodes promotionnelles.

Il faut aussi noter qu’en raison du statut légal lié à son immatriculation initiale au nom du concessionnaire ou revendeur, une auto de démonstration ne peut plus être vendue comme étant neuve. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est en mauvais état ou qu’elle a été mal entretenue. 

Quelle remise possible sur un véhicule de démonstration ?

La remise envisageable sur un véhicule de démonstration peut varier en fonction de différents facteurs tels que la marque, le modèle et l’état du véhicule. En général, les remises pratiquées oscillent entre 15 et 25 % du prix neuf, bien qu’il soit possible d’obtenir des réductions allant jusqu’à près de 30 %. Certaines marques peuvent même proposer des remises supérieures à 30 % sur certains modèles. Rien ne vous interdit, de plus, de négocier plus encore avec le concessionnaire.

Vous l’aurez donc compris, l’un des avantages d’acheter un véhicule de démonstration est qu’il s’agit généralement d’une occasion zéro kilomètre. Cela signifie que le véhicule a très peu roulé, voire pas du tout dans certains cas. Ainsi, il conserve une grande partie des caractéristiques neuves tout en bénéficiant d’un tarif attractif par rapport au neuf.

Auto de démonstration : comment savoir si on fait une bonne affaire en achetant ce type de voiture ?

L’auto de démonstration est un type de voiture deuxième main pouvant susciter l’intérêt des acheteurs en raison de son prix potentiellement avantageux. Cependant, il est important d’évaluer soigneusement tous les aspects avant de décider si c’est une bonne affaire ou non.

Tout d’abord, il faut prendre en compte le kilométrage du véhicule. En général, les autos de démonstration ont été utilisées par le concessionnaire pour des essais routiers et sont susceptibles d’avoir accumulé un certain nombre de kilomètres. Il convient donc d’examiner attentivement ce chiffre afin d’évaluer l’état réel du véhicule et sa durée potentielle.

En outre, il est essentiel de vérifier l’historique complet du véhicule pour vous assurer qu’il n’a pas été impliqué dans de gros accidents ou subi des dommages importants lorsqu’il était utilisé comme véhicule de démonstration. Une inspection minutieuse par un mécanicien qualifié peut également être nécessaire pour détecter tout problème caché qui pourrait influencer la valeur à long terme du véhicule.

Un autre point à ne surtout pas négliger : la durée de couverture offerte pour la VD. Bien que cette dernière puisse bénéficier encore partiellement (ou totalement) de la garantie constructeur initiale, celle-ci a souvent déjà commencé à courir pendant la période où elle était utilisée comme auto de démonstration. Par conséquent, il faut bien comprendre quelles sont exactement les conditions et limitations associées à cette garantie restante. Il ne faudrait pas non plus négliger le fait que ces voitures ont généralement été utilisées par plusieurs personnes différentes. Cela signifie qu’il peut y avoir une source d’usure plus importante sur certains composants du véhicule, ce qui pourrait entraîner des coûts de réparations supplémentaires à moyen terme.

Vente avant 3 mois : quelle incidence sur la fiscalité d’un véhicule de démonstration ?

La vente d’un véhicule de démonstration avant les trois mois réglementaires peut avoir plusieurs incidences financières pour le vendeur. Tout d’abord, il devra s’acquitter des taxes applicables afin d’obtenir un récépissé de cessation de démonstration. Cette mesure vise, en effet, à éviter toute fraude fiscale potentielle et à garantir la transparence dans le processus de revente.

En effet, selon la législation en vigueur, lorsqu’un professionnel vend un véhicule qui a été utilisé comme démonstrateur pendant moins de trois mois, il doit payer les taxes d’immatriculation du véhicule concerné pour une demande de fin de démonstration. Cela signifie que même si le véhicule n’a pas encore atteint la période minimale requise par la loi pour être considéré comme un bien usagé, le vendeur devra néanmoins se conformer aux obligations fiscales prévues.

D’autre part, si la vente du véhicule intervient entre 3 et 12 mois après son utilisation initiale en tant que voiture de démo, c’est l’acheteur qui sera responsable du paiement des taxes relatives à l’immatriculation du véhicule à son nom.

Véhicule d’essai : quelles pièces administratives fournir ?

Lorsqu’il s’agit de vendre un véhicule d’essai, il est important de respecter les procédures administratives en vigueur. En effet, le vendeur doit effectuer une déclaration de cession du véhicule à la préfecture et obtenir un récépissé. Cette démarche permettra d’informer l’administration que le véhicule n’est plus destiné à être utilisé comme voiture d’exposition.

Selon l’arrêté du 9 février 2009 relatif aux modalités d’immatriculation des véhicules, le vendeur doit remettre ce reçu ainsi que les documents suivants au futur propriétaire :

  • un certificat de cession du véhicule (certificat Cerfa) ;
  • une attestation prouvant que l’engin n’est pas grevé de gage ou d’opposition ;
  • l’ancienne carte grise barrée par le vendeur avec la mention « cédé le …/…/… » et signée.

Où dénicher une voiture de démonstration ?

La plupart du temps, lorsque l’on cherche à faire une bonne affaire en acquérant une voiture d’essai, il est courant de se tourner vers les concessionnaires automobiles ou encore les constructeurs. Cependant, d’autres professionnels sont susceptibles de vous faire bénéficier aussi de nombreux bons plans. En effet, certains vendeurs indépendants, tels qu’Oovango, proposent régulièrement sur leur site internet de très nombreux modèles à des prix exceptionnels. N’hésitez donc pas à y aller faire un tour quotidiennement !

En somme, avec un peu d’attention et en prenant toutes ces considérations en compte, acheter une voiture de démonstration peut être un choix judicieux pour économiser tout en obtenant un véhicule presque neuf avec toutes ses fonctionnalités intactes.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
28 600 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
29 000 €
56 670 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
19 900 €
29 260 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *