Routes de Guyane : quand inondations et routes ne font pas bon ménage

Par Athéna AGRICOLE | Le 20/03/2023 | Actu | News

  • Partager l'article sur :

Après une pluviométrie exceptionnelle en 2021 et 2022 qui a laissé des traces, les Guyanais et plus particulièrement les automobilistes guyanais respirent avec l’apparition du petit été de mars (6 au 26 mars) avant de retrouver la grande saison des pluies qui devraient commencer début avril avec son lot de déboires sur les routes de Guyane.

Entrons donc dans le vif du sujet. Le petit été de mars – qui correspond à une petite période sèche qui survient entre la petite saison des pluies et la grande saison des pluies, laisse un peu de répit aux automobilistes guyanais. Cependant, l’arrivée justement de cette grosse période de fortes pluies qui devrait arriver début avril, devrait elle aussi mettre les nerfs des Guyanais. Surtout ceux qui empruntent les routes de Guyane à vif.

Des routes vieilles de 15 à 20 ans en Guyane

Inondations, routes barrées, nid de poule, moteur noyé, infiltration d’eau, etc. Les risques sont nombreux sur nos routes et en voiture en cas de forte pluviométrie. La cause à des choix politiques qui n’ont pas été jusqu’au bout, avouait récemment le nouveau délégué aux infrastructures routières et aérodromes à la CTG Zadkiel Saint-Orice dans des termes on ne peut plus claires. « Nous avons des routes qui datent de 15 ou 20 ans et qui n’ont fait l’objet d’aucun entretien. On l’a payé cash avec les fortes pluies de ces deux dernières années. Par exemple, la route de Montabo n’a pas connu d’entretien depuis 16 ans ! La structure de chaussée a été bien faite heureusement, donc il y a peu de trous. Mais si on regarde bien, elle est fissurée de partout, elle est morte. D’autres routes ont été mal faites à l’époque. On a directement mis un revêtement sur de la latérite. Forcément ça ne tient pas et rien n’a été fait entre-temps pour résoudre le problème. Par ailleurs la circulation a largement augmenté sur toutes les routes. Surtout à Cayenne, qui subit le trafic de toute la Guyane. »

Inondation route Cayenne
Inondation route Cayenne

Des temps de trajet allongés à cause de l’état des routes

Récemment encore (février) c’est la route départementale 9 qui faisait les frais des inondations. Il s’agit de la route qui relie Saint-Laurent du Maroni à Mana. Conséquences, des citoyens qui ne peuvent pas aller travailler, de nombreux conducteurs cloués sur place en attente d’un dépannage et une route impraticable. Tout cela à cause du niveau d’eau sur la chaussée.

Apatou ne déroge pas à la règle mais lorsqu’il pleut il n’y a pas d’inondations. Même s’il y a un an, l’eau avait débordé de partout. « Cela fait 10 ans que je suis a Apatou je n’ai jamais une route pareille, elle est dans un état catastrophique. La CTG a dit qu’elle faisait la route, puis elle a fait une portion de 5 et 6 kilomètres entre Apatou et Mayman. Il y a déjà des trous qui commencent à apparaître. La deuxième partie, elle est catastrophique. Tu dois normalement prendre 40 et 45 minutes pour la faire mais dans son état tu mets 1h et 1h15. Mais quand il pleut, nous ne sommes pas inondés, juste les abords en latérites coulent sur la route. Mais rien à voir avec Mana ou Pripri. » témoigneAxel depuis Apatou.

Routes Guyane

INTER : 8 millions par an pour entretenir le réseau routier

Tout le contraire de la route de Kaw à Roura, la zone où la pluviométrie demeure la plus importante. Ici, il pleut même en saison sèche due à sa végétation qui recouvre la route. Cette portion a connu deux effondrements de chaussée – des travaux ont démarré en septembre 2022. Selon le délégué aux infrastructures, pour entretenir l’ensemble du réseau routier en Guyane (entretien des routes, c’est aussi le fauchage, l’entretien des canaux, la signalisation horizontale (au sol), verticale (panneaux) et l’éclairage pour les voiries), il faudrait 8 millions d’euros par an.

Le 15 février dernier, la municipalité de Rémire-Montjoly s’est contrainte de fermer le boulevard brassière à cause de l’accumulation des pluies. Celles-ci qui pourraient entrainer un glissement de terrain sur la route du Tigre comme en 2021. Résultat, les automobilistes qui partent de Rémire s’épuisent dans les embouteillages à l’heure où de nombreux travaux ont démarré où sont en cours sur le département.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
27 900 €
 
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
29 600 €
 
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
27 900 €
 
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *