Roadster 2022 : l’inimitable, la Bête et la Dark Side Of Japan

Par Pauline Delnard | Le 18/03/2022 | Moto

  • Partager l'article sur :

La sportive roadster correspond depuis des années à la catégorie d’or sur circuit ! Elle s’est présentée comme ayant un châssis abouti, des freins très mordants, un moteur surpuissant pour un maximum de plaisir. Mais pas toujours facile dans les petits cols alors si on raccourcissait son empattement et la dépouillait des carénages ?

Nous vous présentons dans cet article, les nouveautés de la marque Aprilia, Ktm, Yamaha en roadster catégorie 1 000cm3 pour l’année 2022. 

APRILIA 

Tuono V4 1100 Factory : née en 2002 avec la version Fighter, cette tuono a d’abord été un bicylindre en V de 126ch. En 2004, la firme italienne a complètement craqué pour un renouveau total : c’est alors qu’est apparu le 4 cylindres V4 de 170ch. Aujourd’hui, cette tuono est largement entrée dans l’histoire puisque son châssis et ses freins sont désormais reconnus comme les meilleurs sur le marché des roadsters 1 000cm3 par les motards les plus aguerris.

Au niveau esthétique :

De prime abord, nous faisons un constat impressionnant : au premier coup d’oeil, on pourrait presque la confondre avec sa petite soeur, la Tuono 660. Cette hypernaked reprend tout à fait la même allure et la même bulle mais une chose la trahis : son empattement puisque cette 1000 est tout de même plus longue. Elle V4 bénéficie également du nouveau bloc optique à Led avec un éclairage adaptatif en virage : idéal pour les routes sinueuses de nuit. Cette dernière génération dispose d’un nouveau réservoir taillé « race » et d’une nouvelle selle bi place, confortable et large au niveau passager : vous pourrez désormais imaginer la balade en duo sur cette magnifique italienne ! 4 choix de coloris vous sont proposés : Blanc Glacier, Gris Tarmac, Ultra Dark et Aprilia Dark.

Au niveau moteur :

4 cylindres en V à 65° dans un bloc de 1 077cc, d’un alésage et d’une course de 81 x 52,3mm. Le constructeur annonce une puissance de 175ch à 11 350 tr/min pour un couple de 120 Nm disponible dès 9 000 tr/min. Qu’en est il de son évolution ? Pas de grand changement constaté de ce côté là. Néanmoins, Aprilia propose un nouvel ECU Magneti-Marelli 11MP.

Au niveau électronique :

3 modes de conduites (Rain, Track, Sport) sont proposés sur son écran TFT bien plus grand que la génération en plus de 3 cartographies circuits supplémentaires ; et un limiteur de vitesses couplé à son régulateur déjà existant. Cette année, tout le pack électronique a été revu sur ce millésime et sa version sportive (RSV4) :

  • nouvelle centrale inertielle IMU
  • Une ECU Magneti-Marelli 11MP 
  • RBW : paramètre la réponse des gaz afin de contrôler  la puissance délivrée via l’APRC.
  • ATC : le Traction Control (réglable sur 8 niveaux) évolue cette année afin de pallier à ce moteur surpuissant. Il permet d’éviter la glisse en cas de trop forte accélération, aussi bien en courbe qu’en ligne droite. Vous aurez ainsi une puissance moteur délivrée de manière optimale pour un maximum d’adhérence. 
  • ALC : le Launch Control (réglable sur 3 niveaux) est une aide au départ ; régule le régime moteur pour des départs arrêtés efficaces.
  • AEB : permet de varier la force du frein moteur en phase de freinage sur 3 différents niveaux. On améliore le comportement du châssis en entrée de courbe.
  • AWC : l’Anti-wheeling (réglable sur 5 niveaux) régule le couple du moteur à la détection du câbrage de la moto.
  • L’ABS Cornering actif à la fois en ligne droite et en courbe.

Nous terminons par un incontournable : le shifter Up&Down pour une montée et descente de rapport qui fera tomber les chronos !

Au niveau du châssis :

Sa partie cycle se révèle encore imbattable cette année ! Bien qu’Aprilia était déjà en avance sur son temps dès 2015, la marque évolue son bras oscillant en optant pour de l’aluminum plus léger en plus du renfort inférieur emprunté au modèle RS-GP. En addition, la Tuono est équipée d’un cadre double poutre périmétrique en aluminium, d’une fourche inversée Öhlins pilotée, diamètre 43mm, d’un débattement 120mm. A l’arrière, cette V4 possède un mono amortisseur Öhlins piloté, d’un débattement de 130mm entièrement réglable. Finis le casse tête afin de trouver le réglage parfait sur sa moto ! Il vous suffit de tracer la route, quelque soit votre mode de conduite adopté, la moto fera le travail pour vous fournir une adhérence optimale en toutes circonstances, et ce, d’une facilité incroyable. Ceci est possible grâce à son empattement de 1 450mm et un poids total de 209kg.

Au niveau du freinage :

Des freins dignent des hypersports. En effet la Tuono V4 1100 Factory est l’une des plus grosses freineuses : pas étonnant puisque sa puissance vous arrache littéralement les bras à chaque accélération !A l’avant, nous avons deux disques de 330mm, 2 étriers radiaux Brembo monoblocs 4 pistons M50. A l’arrière, un disque de 220mm, étrier deux pistons. Pas encore de version Stylema terni!re génération pour cette Italienne cette année.

Retrouvez plus d’information à la Réunion auprès du concessionnaire Moto2000.

Les rideurs : Be a racer ! 

KTM

1290 Super Duke R Evo : née en 2014, le moteur LC8 a permis un véritable bond pour la marque autrichienne.  Depuis toujours, on allie la performance au nom de KTM. Championne dans différentes catégories telles que le Motocross, le Dakar ou encore en Moto3,  c’est pourquoi cet ultime roadster ne cesse d’évoluer d’année en année sur touts les points : performance moteur, agilité et stabilité.

Au niveau esthétique :

Une nouvelle plaque phare signée roadster KTM, esthétiquement plus agressive mais aussi plus lumineuse lors des balades nocturnes ! La selle d’une hauteur de 835mm gagne en épaisseur pour plus de confort (la forme en elle même ne change pas). On garde les reposes-pieds de la génération précédente : en position assez basse vers l’avant pour le confort ; plus haut et en arrière pour une position vers l’avant type race. De manière globale, les carénages restent inchangés. Cette 1290 est proposée en coloris orange et blanc. 

Au niveau moteur :

Bicylindre en V LC8 dans un bloc de 1 301cc, d’un alésage et d’une course de 108 x 71 mm. Le constructeur annonce une puissance de 180ch à 9 500 tr/min pour un couple de 139 Nm disponible dès 8 000 tr/min. Si cela vous parait déjà énorme, cette Super Duke offre un rapport poids/puissance de dingue puisqu’elle pèse seulement 191kg ! La firme autrichienne est allée chercher son couple au niveau de ses soupapes titanes plus légères.
Ces petites pertes de kilos s’expliquent au niveau du moteur puisque les parois ont été amincies afin de perdre 0,8kg. Ktm dispose d’un nouvel arbre cannelé dans la boite de vitesse afin d’obtenir un changement de rapport plus fluide et plus rapide. Afin d’améliorer la combustion air/essence, la 1290 garde son entrée d’air optimisé au niveau du phare. L’embrayage PASC est identique à la génération précédente. Pourquoi changer lorsque cela fonctionne très bien ! Il assure un rétrogradage en douceur même si vous descendez les rapports à haut régime.  

Pour finir, KTM annonce pour son roadster une consommation honorable de 5,6 L/100km. 

Au niveau électronique :

  • 5 modes de conduites : 3 modes de bases (Rain, Street, Sport) ; 2 modes en option (Track, Performance). Qu’est ce qui vous donnerait envie d’avoir les deux options supplémentaires ? Ces deux modes vous permettent d’effectuer tous les réglages possibles afin d’obtenir un comportement piste. 
  • RBW : de nouvelle génération avec un tirage plus court pour une poignée plus réactive. Cette superbike est désormais plus intuitive, plus facile à conduire. 
  • MTC : réglable sur 3 niveaux et désactivable, il embarque des contrôles de différentes tractions en ligne droite et en courbe. Cette régulation est possible grâce à la diminution du couple moteur.
  • MSR : Le contrôle de traction moteur se fait via l’embrayage PASC pour un rétrograde fluide.
  • ABS Supermoto : l’option phare de KTM pour les plus joueurs ! Il permet la désactivation totale de l’ABS pour un pilotage plus pur. Vous pourrez ainsi forcer sur les freinages à haute vitesse ou faire des acrobaties de type « stoppie ». 
  • Régulateur de vitesse : un élément de confort qui maintient la vitesse sélectionnée à partir de la 3ème à 40km/h. Un gadget pour certains, mais il se révèle utile lors des longs road trips.
  • TMPS : contrôle la pression des pneus, directement disponible sur le tableau de bord.
  • ATIR :  permet l’arrêt des clignotant au bout de 10s et 150m en cas d’oubli.
  • KTM My ride : est une assistance qui participe à l’évolution moderne de cette Super duke Evo 20222. Vous pouvez voir qui vous appelle, et consulter votre playlist.

Et n’oublions pas, le shifter up&Down pour le roadster réglé aux petits oignons ! 

Au niveau du châssis :

Le guidon reste identique à l’ancienne génération, on dispose toujours de 4 positions différentes selon la position adoptée. Cependant, un nouveau cadre en treillis tubulaire en acier débarque : le constructeur annonce une rigidité trois fois plus importante, et pour cause, les tube sont plus grands mais plus fins. On affiche à cela, moins deux kilos ! d’un bras oscillant en aluminium pour un empattement total de 1 497mm. L’axe du bras oscillant a été rehaussé de sorte à gagner en stabilité.
A l’avant, nous retrouvons une fourche inversée WP APEX semi-actives, diamètre 48mm, d’un débattement de 125mm ; à l’arrière, un mono-amortisseur suspension pro, d’un débattement 140mm avec un réglage de précharge automatique sur 3 positions. Auparavant tous motards devaient glisser ses différentes clés sous la selle pour d’éventuels réglages, cette époque semble révolue car à présent, sur le roadster le moindre réglages de suspensions, le moindre paramétrage des assistances se fait directement dans l’écran TFT dernière génération.

Au niveau du freinage :

On retrouvera à l’avant, double disque de 320mm, couplé à des étriers radiaux monobloc Brembo 4 pistons Stylema ; à l’arrière, un disque de 240mm, étrier double pistons.

Retrouvez plus d’information pour ce roadster auprès du concessionnaire Top Moto et Boutik Moto.

READY TO RACE !  

YAMAHA 

MT-10 : Yamaha nous a livré une belle surprise en 2016 en proposant cette hypernaked dérivée de la sportive « R1 » ; son moteur, sa partie cycle et son look à l’allure des Transformers ont été des arguments plus que séduisants pour les possesseurs actuels. Inchangée depuis l’année 2016, il est temps d’y apporter un peu de changement ! Si vous aviez quelques reproches à lui faire, pour cette année 2022, tous ces aspects ont été corrigé pour ce roadster ! 

Au niveau esthétique :

Comme sur ses petites soeurs (Mt-07, Mt-09), cette Mt-10 a été dépouillée de ses carénages afin de mettre en avant son imposant cadre Deltabox périmétrique en aluminium ! La face avant, largement critiqué par les Pro Yamaha se révèle néanmoins très agressive ! Si son ancienne version lui permettait d’adopter le nom du Transformers Bumblebee, celle ci est sans doute passée du côté de la force obscure : les déceptions ! De nouveau coloris vous sont également proposés : Cyan Storm (Bleu Petronas), Icon Blue et Tech Black. Le ice Fluo n’est malheureusement plus proposé…

Au niveau moteur :

Un beau 4 cylindre, dans un bloc de 998cm3, d’alésage et d’une course de 79 x 50,9mm ; le constructeur annonce une puissance de 166 ch à 11 500 tr/min et 112 Nm de couple dès 9 000 tr/min. On garde bien évidement le calage crossplane phare de la firme japonaise, d’une séquence d’allumage asynchrone et d’un calage vilebrequin à 270°. Même si les normes sont de plus en plus strictes, Yamaha a su rendre son moteur crossplane CP4 plus puissant puisqu’il gagne 5ch supplémentaires sur la génération précédente !

On garde une capacité de réservoir de 17L pour une consommation de 6,83L/100km. Une roadster qui s’est révélée grosse buveuse sur l’ancienne génération. Ce point là n’a été guère amélioré sur cette nouvelle version mais vous garderez plus de 280km/h en vitesse de pointe !

Enfin, beaucoup de Mttiste tronqué les collecteurs inox par les collecteurs R1 en titane. Yamaha a pensé à vous puisque cette nouvelle version roadster est dotée d’une ligne d’échappement entièrement en titane !  

Au niveau électronique :

Cette année, la mt-10 opte pour quelques assistances électroniques supplémentaires telles que le régulateur de vitesse/limiteur de vitesse, la ride by wire sur plusieurs modes et une IMU : centrale inertielle à 6 axes mesurant le degré d’inclinaison de la moto dans tous les plans, le tangage, le roulis et le lacet (comme sur la r1). Encore une fois, Yamaha a été à l’écoute de ses fans puisqu’un shifter Up&Down vient équiper ce nouveau millésime.

On retrouvera ces différentes assistances au sein d’un écran TFT de 4,2’’ pouces désormais disponible sur la version standard. Le TFT est un élément important car c’est élément tendance qui devient peu à peu une norme incontournable ! On embarque dans ce roadster :

  • 4 modes de conduites : A, B, C et D
  • PWR : réglage de la sensibilité du Ride By wire sur 4 positions pour une réponse des gaz plus où moins vives 
  • TCS : Traction Control de 1 à 9 positions, vous évitera le patinage de la roue arrière afin de conserver un maximum d’adhérence ou pas !
  • SCS : Slide Control breveté de 1 à 3 positions, agit en cas de glisse trop importante pour amortir le mouvement de la moto.
  • LIF : Lif control sur 9 positions, adoucit les délestages de la roue avant pour éviter les Wheeling. Ce paramètre est déconnectable.
  • LCS : Lauch Control sur 2 positions maintien le moteur au régime idéal.
  • EBM : sur 3 positions différentes, le système de gestion du frein moteur adapte l’ouverture de l’accélérateur, le calage d’allumage et le volume d’injection. Vous aurez ainsi plus ou moins de frein moteur.
  • BC : une assistance au freinage qui combine l’action du frein avant et arrière afin de répartir de manière optimale le freinage en tenant compte l’angle de la moto. Cette année, l’ABS existe en 2 modes, intégrant l’assistance en courbe.

Au niveau du châssis :

La version standard : Fourche inversée KAYABA, d’un diamètre 43mm, d’un débattement de 120mm, réglable en précharge, détente et compression à l’avant ; d’un mono-amortisseur KAYABA, d’un débattement 120mm, entièrement réglable lui aussi. La version SP vous est toujours proposée avec des suspensions Öhlins pilotées. Vous avez ainsi la possibilité d’avoir 3 modes semi-actifs et 3 modes manuels pour une personnalisation optimale. Les jantes 5 bâtons en aluminium léger sont dotées de valves à 90° pour une facilité de gonflage.

Ce roadster Yamaha garde son impressionnant empattement de 1405 mm : un point qui lui donne une agilité hors pair. La hauteur de selle a été légèrement revue à la hausse puisqu’elle passe de 825 à 835mm : un choix qui la rend un peu plus sélectif puisqu’elle s’adressera aux personnes de moyennes et grandes tailles.

Au niveau du freinage :

Equipée à l’avant d’un double disque de 320mm, de 2 étriers monobloc radiaux 4 pistons ; à l’arrière, d’un disque d’un diamètre de 220mm, étrier 1 piston. Mais qu’est ce qui change cette année ? Principalement le maître cylindre radial Brembo et ses durites avia : des éléments tant attendu par les Pro Yamaha qui améliorent considérablement le freinage. Plus de freins progressif, le freinage devient très mordant. 

Dans sa globalité, même si la moto est légèrement plus chère que la génération précédente, son évolution même explique cette hausse tarifaire.

Retrouvez plus d’information à la Réunion auprès de la concession Bourbon Bike.

Les pistards : Revs your heart !

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS7 CROSSBACK
43 540 €
58 540 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
CUPRA
FORMENTOR
48 900 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
30 560 €
36 560 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *