Alfa Romeo Giulia MY23 Veloce : futur collector

Par Sébastien Berthoud | Le 21/03/2024 | Essais Auto | Guides & Essais

Un bijou ! Trop rare sur nos routes ultramarines, la Giulia restylée mêle tous les avantages d’une berline premium. Dans cette version de 280 ch dotée d’un différentiel à glissement limité, le plaisir de conduite est omniprésent.

L’essai de l’ancienne Giulia Quadrifoglio sur Oovango, début 2023, nous avait laissé sans voix. Nous récupérons cette fois-ci la version restylée, à la motorisation plus sage. Certainement la dernière Giulia 100 % thermique, avant le passage au tout électrique pour la prochaine génération. Extérieurement, la principale modification vient des phares à l’avant, plus élégants que la précédente version. Le regard est toujours aussi agressif avec la calandre noire de cette édition « Veloce ». 

À l’intérieur, davantage de changements : les finitions font un net bond en avant (mélange de cuir et d’inserts en aluminium) et l’habitacle fait la part belle au numérique avec des compteurs digitaux et un ordinateur de bord plus rapide, intégrant les dernières technologies. Les sièges en cuir, avec soutien latéral réglable électriquement, offrent par ailleurs un excellent maintien. Le toit panoramique en deux parties (option à 1700 €) devient vite indispensable pour accroître la luminosité une fois installé au volant. Si le miroir de courtoisie décentré étonne, la Giulia tient cette fois-ci la comparaison face aux standards allemands.

Un châssis affûté

Notre modèle d’essai renferme un 2 litres turbo (4 cylindres en ligne) avec une puissance de 280 ch et 400 Nm de couple. L’incontournable sélecteur DNA d’Alfa, permettant de choisir le mode de conduite, est bien évidemment de la partie. En mode sport, le 0 à 100 km/h est abattu en 5,2 secondes, avec une sonorité du moteur toutefois banale. Sans être collé au siège, les accélérations et les dépassements sont vigoureux, avec une motricité sans faille. Un résultat rendu possible grâce à la boîte automatique à 8 rapports (rupture de couple très dynamique à chaque passage de rapport) et au différentiel à glissement limité (intervenant en cas de perte d’adhérence) qui distribue, en temps réel, le couple entre les essieux avant et arrière. Dans le sinueux, le plaisir est décuplé grâce à une direction très précise et un châssis hors du commun. Une rigidité exemplaire qui donne l’impression de faire corps avec la machine. À condition d’accepter de consommer plus de 11 litres aux 100 km en ayant le pied lourd.

Au final, cette Giulia n’a rien à envier à une berline allemande. Ceux qui lorgnent sur une BMW Série 3 ou une Mercedes Classe C doivent aussi envisager l’option Alfa Romeo. À performances équivalentes, le budget de 62 500 € nécessaire est aussi 10 % inférieur à celui de la concurrence. Cette Giulia est enfin le meilleur modèle à ce jour pour entrer dans l’univers des Alfistes et un placement pérenne.

Les plus 

Certainement la dernière Giulia 100 % thermique : un futur collector

L’un des meilleurs châssis au monde

Une finition intérieure en net progrès

Un design extérieur qui ne prendra pas de rides dans le futur

Prix justifié et compétitif par rapport à la concurrence

Les moins

Consommation : plus de 11 litres aux 100 km en ayant le pied lourd

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
29 000 €
57 590 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
HONDA
CIVIC
18 990 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
29 000 €
56 670 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *