Publicité automobile : bientôt des mentions écologiques obligatoires

Par Redaction | Le 14/01/2022 | Environnement | News

L’automobile a aussi son « manger, bouger »

À l’image des messages pour inciter le public à pratiquer une activité physique régulière, et à manger des fruits et légumes, lors des publicités des fast-food ou toute autre industrie agroalimentaire, c’est maintenant au tour de l’automobile d’appliquer ce principe à la suite d’un arrêté publié au Journal Officiel. La publicité automobile devra promouvoir une mobilité moins polluante, le covoiturage ou les transports en commun. Voilà plus précisément les messages qui devront apparaître dans les publicités automobiles :

  • « Au quotidien, prenez les transports en commun »
  • « Pensez à covoiturer »
  • « Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo »

Cette obligation concerne tous les supports publicitaires : la radio, la télévision, le cinéma, internet, les écrans publicitaires et même les supports imprimés. Le message devra être suivi de la mention « #SeDéplacerMoinsPolluer » sur tous les supports cités, sauf à la radio.

En cas de manquement, l’annonceur s’expose à une mise en demeure et, sans mise en conformité, à une sanction pécuniaire pouvant s’élever jusqu’à 50 000 euros par diffusion, précise un autre décret paru mercredi au Journal officiel.

Autre nouveauté : l’obligation d’indiquer la classe d’émission du véhicule promu. Nouveauté introduite en avril par les députés au sein de la loi climat.

Histoire de la publicité et du marketing auto

En 1918, Ford incitait les agriculteurs à acheter une Ford Model T. Au début des années 50, Volkswagen cherche à se faire aimer du public américain, alors qu’en 1997, Toyota arrive en grande pompe sur le marché de la voiture hybrides en rendant les automobiliste éco-responsables grâce à la première voiture hybride. L’automobile nait en même temps que la publicité pour les produits et les deux évoluent ensemble. La publicité automobile à grandement changé depuis 2015 et les enjeux climatiques sont dans l’air du temps. Les sociétés cherchent en grande partie à avoir une image verte, écolo, afin d’attirer une clientèle prête a faire un geste pour l’environnement mais pas à se séparer de son confort. Les états en revanche, cherchent à réduire les émissions, en visant tout d’abord ce moyen de locomotion. Les transports en communs sont privilégiés.

Loi lom

Depuis le 26 Décembre 2019, la loi d’orientation des mobilités (lom) transforme en profondeur le cap pris par la mobilité. Elle implique d’importants investissements pour les transports du quotidien, en mettant en avant les applications dans l’air du temps, comme le co-voiturage. Mais aussi les transports en communs.

Les spots publicitaires des marques automobiles devront intégrer des campagnes de communications sur ces moyens de transports plus respectueux de l’environnement.

Les affiches de voitures et publicités de véhicules à la télévision en 2022

Depuis le 1er Mars 2022, les spots publicitaires des constructeurs automobiles doivent contenir un jeu de 3 messages à diffuser en alternance faisant la promotion des mobilités actives ou partagées ou des transports en commun, mais aussi, et surtout doivent indiquer les émissions de dioxyde de carbone des véhicules à moteur thermique (les hybrides possèdent un moteur thermique). Ces messages doivent être présents pour les ventes de véhicules ou les locations longues durées.

Quelles sont les règlementations?

Les règlementations sont basées sur l’article 75 de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités, complété par un décret n° 2021-1841 du 28 décembre 2021 relatif à la promotion des mobilités actives, ou partagées, ou des transports en commun dans les messages publicitaires en faveur de véhicules terrestres à moteur (pour le champ d’application).

Un arrêté du 28 décembre 2021 pris pour l’application de l’article D. 328-3 du Code de la route (pour les modalités de présentation des messages) le complète et un second décret n° 2021-1840 du 28 décembre 2021 relatif aux publicités en faveur des véhicules à moteur (pour les modalités de sanction).

Ces règlementations vont évoluer dans l’air du temps, afin de pousser les marques à modifier leurs spots et leurs campagnes de communication, et donner une image plus écologique. Le non respect de ces mesures entraînera une procédure de sanctions (Nouvel article R.328-4 du Code de la route, instauré par le Décret n° 2021-1840 du 28 décembre 2021 relatif aux publicités en faveur des véhicules à moteur).

Une façon de préserver le secteur automobile ?

Les ONG écologistes demandent depuis des années l’interdiction pure et simple de la publicité automobile. Puisqu’elles représentent une part importante des émissions de CO2 du secteur du transport. Les publicités pour les véhicules les plus polluants (plus de 123 grammes de CO2/km) devraient être complètement interdites à partir de 2028. Cela pour préparer les consommateurs à la fin du moteur thermique proposée par la Commission européenne pour 2035.

Mais face à la période difficile que traverse le secteur avec la pandémie et une marche forcée vers l’électrique qui requiert de lourds investissements, c’est pour l’instant aux mentions écologiques obligatoires, que les annonceurs concernés devront se plier.

Des mentions adaptées au paysage ultramarin ?

Il est cependant légitime de se demander si ces mentions s’adaptent aux territoires ultramarins qui ne disposent pas toujours des mêmes infrastructures que l’hexagone. En effet, la circulation à vélo n’est pas évidente sur tous les territoires d’Outremer, à cause d’un manque de voies prévues à cet effet. Le covoiturage, lui, s’est développé sur certains territoires comme la Guyane et Mayotte. Des applications de covoit existent à Mayotte : Garico, Co’Reindré et Heyap et en Guyane : Youmoov et Blada. Les transports en commun, eux, qui n’offrent pas la même qualité de service que dans l’hexagone, peuvent difficilement représenter une alternative à la voiture personnelle, pour l’ensemble des ultramarins.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
COROLLA
28 680 €
32 680 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
27 680 €
33 680 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
YARIS
20 580 €
23 580 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *