En Guyane, l’ASA Equateur au point mort

Par Suzie El-Andaloussi | Le 09/08/2021 | Sports mécaniques

Aucune épreuve n’a pu se dérouler encore cette année, mais Jean-Philippe Tribord, Président de l’Association Sportive Automobile (ASA) EQUATEUR 973, est bien décidé à prendre le départ dès que possible.

Unique organisateur des épreuves en Guyane, l’ASA EQUATEUR, créée en 1993, a déposé en mars dernier les tracés des épreuves en préfecture, qui doivent se dérouler sur les routes du territoire le plus grand de France, fermées à la circulation pour l’occasion.

La priorité : protéger les participants et le public

Des sept épreuves chronométrées figurant initialement au programme, seulement quatre pourraient se tenir d’ici la fin de l’année.

Cette année, plus encore que les autres, l’organisation du rallye est compliquée. Les restrictions liées à la pandémie ajoutent des contraintes. Différentes formules peuvent être envisagées : avec ou sans public, en limitant le nombre de personnes rassemblées… L’association se réunit régulièrement depuis le mois de janvier avec la préfecture et les maires des communes guyanaises pour trouver l’option la plus adaptée à ce contexte si particulier.

Sans oublier les problématiques récurrentes de l’organisation d’un rallye automobile sur un territoire qui présentent de vraies spécificités.

La difficulté de monter un équipage

Il existe peu de routes en Guyane, et la circulation est bien évidemment perturbée le jour des courses. L’association s’efforce de proposer des tracés et un planning qui essaient de satisfaire les pilotes, les communes et le public.

La sécurité de tous lors des courses est également un enjeu essentiel, insiste l’organisateur, nous devons réduire au maximum les risques d’accidents, donc nous assurons la présence de trois à quatre commissaires par équipage. Ces commissaires, placés sur la route à des endroits stratégiques, assurent la sécurité des participants en les informant des incidents à l’aide de drapeaux ou interviennent en cas de problème. Ils sensibilisent également le public aux dangers de la course (risque d’incendie ou de sortie de route) et aux conduites à tenir (ne pas se placer sur les trajectoires, éviter de traverser les pistes).

Lors de l’élaboration des tracés, la répartition géographique des infrastructures hospitalières en Guyane est à prendre en compte car certaines communes du territoire sont à plus d’une heure de route d’un hôpital…

« On teste sur des routes peu fréquentées… »

Le département compte une vingtaine de pilotes actuellement, mais il ne suffit pas de savoir conduire une voiture pour prétendre participer à un rallye.  Après une visite médicale attestant de leur capacité physique pour la pratique d’un sport automobile, les pilotes doivent renouveler leur licence auprès de la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) tous les ans.

Ce sont tous des passionnés, et il en faut, de la passion, et une bonne dose de débrouillardise pour s’élancer sur les routes de Guyane car réunir les pièces automobiles nécessaires, les équipements et les sponsors relève déjà du défi. « Nous ne trouvons pas les tenues, ni les pièces automobiles nécessaires à la compétition en Guyane, donc il faut s’y prendre à l’avance et tout commander en métropole. Puis il faut convaincre des sponsors, parce que tout ce matériel a un coût que peu d’équipes peuvent se permettre’ explique Hélody Connel, une pilote qui se lance dans l’aventure pour la première fois cette année.

Monsieur Tribord résume ‘nous n’avons pas de formation de pilotage en Guyane, ni de lieu pour s’entrainer… alors on s’adapte, les réglages des voitures sont effectués le soir et on teste sur des routes peu fréquentées en faisant attention…’.

Un projet de circuit est à l’étude mais probablement pas avant plusieurs années. D’ici là, les équipages continuent les essais privés et s’efforcent d’être prêts pour le premier Top départ tant attendu !

Sur le même thème :

En Guyane, les sports mécaniques sont toujours en standby

Rallyes Auto : glossaire et expressions

Thibault Fournier bouscule la reprise du sport auto en Guadeloupe

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Guyane
Bon plan oOvango
NISSAN
100 NX
37 900 €
 
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
KONA
31 000 €
44 900 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
KONA
32 614 €
44 450 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *