Bruit des voitures électriques : l’art du design sonore

Par Aurélien Voirin | Le 23/11/2021 | Économie et politique

Une opportunité marketing pour les marques

Du fait de leur silence de fonctionnement à basse vitesse, toutes les voitures électriques ont été équipées sous la contrainte réglementaire d’un avertisseur sonore de sécurité (AVAS), depuis 2019. Mais aujourd’hui, cette réglementation européenne devient aussi une formidable opportunité marketing pour les différentes marques automobiles. En effet, toutes investissent massivement dans la recherche acoustique afin de se forger une identité sonore valorisante. Afin que n’importe quel automobiliste ou piéton puisse la reconnaitre instantanément !

Après l’ère de la mobilité électrique inaudible, les meilleurs artistes du « design sonore » viennent désormais à la rescousse des sensations automobiles. Ils composent sur-mesure des bandes sons sensées évoquer l’image du constructeur et le plaisir de conduite. Ainsi, chaque constructeur de véhicules électriques se démarque d’un autre en créant une acoustique commune à l’ensemble de sa gamme. L’identité sonore donnant le ton des performances du véhicule en s’adaptant à sa conduite et à son design.

Un enjeu technique et émotionnel pour les constructeurs

Une petite citadine électrique de chez Renault diffusera plutôt des sonorités « clinquantes et pétillantes façon film hollywoodien ». Elles s’accorderont parfaitement avec le design « grand public » des Zoe par exemple. Tandis qu’un luxueux SUV électrique de chez Jaguar ou Mercedes devra émettre un son puissant nettement plus « grave et rond », avec une tonalité plus ou moins « classique ou futuriste ». Et cela selon la clientèle ciblée par l’une ou l’autre de ces marques haut de gamme.

Fidèle à son esprit « geek » et à son légendaire sens de l’humour, Tesla est en revanche le seul constructeur premium aujourd’hui à ne pas adopter encore d’identité sonore particulière. Le constructeur californien préférant miser sur la personnalisation avec sa « boombox ». Elle permet au conducteur d’ajouter à peu près n’importe quels sons (ou enregistrements extérieurs réalisés par la voiture).

À l’inverse, BMW pousse la stratégie du design sonore au paroxysme en s’offrant les services du célèbre compositeur de films « Hans Zimmer ». Afin de promouvoir et développer la personnalité de sa gamme de voitures électriques. Ici l’accent sera mis avant tout autre chose sur l’émotionnel et les sensations de conduite sportive. À l’écoute, le son BMW paraît donc très futuriste et « vivant », tel un battement de cœur ou celui de la trotteuse d’un chronomètre. En complète immersion sonore, l’électromobiliste BMW vit ainsi une expérience acoustique unique de pilotage. Ainsi se transmet aujourd’hui l’ADN historique d’un constructeur vers ses nouveaux modèles électriques.

  • Partager l'article sur :
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *