Une 1ère station de « carburant hydrogène » à La Réunion

Par Aurélien Voirin | Le 30/11/2021 | Environnement | News

Après avoir testé au Cirque de Mafate le stockage hydrogène de l’électricité solaire, le déploiement d’une filière hydrogène se poursuit sur l’île de La Réunion. Désormais une nouvelle expérimentation de mobilité électrique s’implante à Ste Suzanne. Il s’agit d’installer au siège du Syndicat Intercommunal D’ÉLECtricité de la Réunion (SIDELEC) une première station de distribution d’hydrogène pour y alimenter des voitures électriques à « pile à combustible ».

Dans la droite ligne de « l’appel à projets écosystèmes territoriaux hydrogène » lancé par l’ADEME l’an dernier, le SIDELEC a pris la décision de réaliser ce programme « d’Installation de Recharge Solaire pour Véhicules Électriques » (IRSVE) lors du vote du 7 octobre 2020. Décision suivie d’une convention signée en avril 2021 de mise à disposition gratuite de 2 SUV Hyundaï Nexo à pile à combustible.

Cette nouvelle station de recharge pour véhicules électriques produira également sur place de l’hydrogène « vert » à partir de plusieurs électrolyseurs alimentés par une ombrière solaire de 30 kWc de puissance instantanée. Ceci représente une production électrique annuelle théorique de 42 000 kWh en conditions optimales d’ensoleillement.

1 seul kilo d’hydrogène contient autant d’énergie que 180 kg de batterie Li-ion !

La technologie pile à combustible (généralement de type PEMFC) permet au véhicule électrique d’alimenter sa motorisation grâce à l’électricité stockée chimiquement dans les liaisons moléculaires du gaz hydrogène présent dans son réservoir.

Cette solution de voiture électrique à hydrogène offre de très nombreux avantages :

  • L’hydrogène stocke d’immenses quantités d’électricité sans émettre aucun polluant (1 seul kilo d’hydrogène contient autant d’énergie que 180kg de batteries lithium-ion !)
  • La recharge en hydrogène d’un véhicule électrique se déroule aussi rapidement et simplement qu’avec une voiture essence ou diesel
  • La production d’hydrogène peut se faire localement à partir d’énergies renouvelables et d’eau (douce, pluie, usée, mer, etc.)

Ajouté à cela que le cycle d’utilisation du vecteur hydrogène est intégralement réversible ! Sa filière de production solaire émet en effet de l’oxygène pur à l’atmosphère (en ne consommant des molécules d’eau que temporairement). Puis sa combustion dans le véhicule électrique fait ensuite exactement l’inverse en consommant cette fois le volume initial d’oxygène émis (tout en restituant la quantité exacte d’eau pure consommée auparavant).

Pas d’indépendance énergétique possible en Outre-mer sans vecteur hydrogène ?

L’impact environnemental d’une filière de mobilité électrique à partir du vecteur « hydrogène vert » est donc quasiment nul. Son expérimentation en Outre-mer est généralement motivée par les objectifs de neutralité carbone et d’indépendance énergétique à l’horizon 2035.

Car l’hydrogène offre surtout la possibilité de disposer de fortes capacités de « report de charges électriques », ce qui fait complètement disparaitre la variabilité et la saisonnalité de la production électrique d’origine renouvelable. Il devient ainsi possible avec le vecteur hydrogène d’augmenter fortement en Outre-mer la production électrique d’origine renouvelable, au point que celles-ci puissent même devenir majoritaires.

L’installation de cette toute 1ère unité de production et de distribution d’hydrogène vert à Sainte Suzanne pourrait donc se révéler être aussi la 1ère pierre d’une transition écologique beaucoup plus vaste demain.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
LEXUS
IS
29 990 €
30 990 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
YARIS
17 990 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
SUZUKI
VITARA
25 990 €
31 980 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.