L’état du réseau routier dans les DROM

Par Hervé Fitte-Rey | Le 30/04/2024 | Conseils | Sécurité routière

L’état du réseau routier français ne laisse personne indifférent, car il génère des tensions au quotidien pour tous les usagers de la route. Qui n’a pas râlé au moins une fois, dans son casque de moto ou dans sa voiture, pour un nid-de-poule sur la route ? Les routes dans les DOM-TOM sont en très mauvais états. Faisons le point sur la dégradation des routes et sur le comportement à avoir sur un deux-roues.

Les raisons de la dégradation du réseau routier départemental français, autoroutier et route nationale

Les voies de circulations subissent régulièrement des attaques dues aux conditions climatiques comme l’eau avec la pluie, la chaleur avec le soleil et la gestion du trafic routier avec le poids de certains véhicules tels que les poids lourds et machines agricoles. En combinant ces facteurs, vous avez le ticket gagnant pour obtenir un très mauvais réseau routier. On parle alors de dégradation sur des km de routes.

Il y a plusieurs types de dégradations :

  • les fissures : qu’elles soient transversales, longitudinales et le faïençage ou craquelures ;
  • les déformations : avec les flaches de la voirie, les orniérages et les affaissements de rives ;
  • les remontées : avec le ressuage ;
  • les arrachements : avec les pelades, le plumage et les nids-de-poule. 

Les fissures du réseau routier, y compris chemin départemental.

Les transversales sont en réalité des cassures de la couche de roulement. Ceci est causé par le retrait des couches d’assise qui ont été traitées aux liants blancs. Mais également au séchage des routes et des défauts de joints sur des reprises d’enrobé.

Les longitudinales sont comme les transversales, des cassures de la couche de roulement. Néanmoins, elles, elles sont dans l’axe sur la route. Causées par une imperfection de construction ou un éventuel élargissement de la route. Mais également par le vieillissement de la route avec un défaut de portance. Sans oublier, le retrait du sol argileux sous l’effet d’une période de sécheresse.

Le faïençage est, en réalité, un maillage croisé de fissures sur la route. Ceci est dû à une fatigue de la couche de roulement. Mais encore, un défaut de portance au sol peut en être la cause ou une médiocre structure.

Les déformations du réseau routier dans les outre-mer.

Les flaches sont des affaissements de formes ovales. Ils sont causés par une fatigue dans un endroit de la route dû à un défaut de portance au sol.

Les orniérages sont des affaissements longitudinaux de la route. Ils sont causés par une fatigue de la route qui affaisse les couches inférieures. Notamment causé par un sous-dimensionnement de l’ossature de la route ou une mauvaise portance au sol.

Les affaissements de rives forment des cuvettes comprenant des bourrelets sur le bord des routes. Ils sont causés par un manque d’épaisseur en matériaux en bordure des routes. Mais aussi par un déplorable drainage des eaux qui stagnent dans ces cuvettes.

Toutes les fissures et déformations du réseau routier, si elles ne sont pas rapidement réparées, finissent en trous ou nids-de-poule.

Les remontées dans les routes DOM.

Le ressuage se produit dans les périodes chaudes sur la couche de roulement. C’est une remontée à la surface du liant bitumeux. Ceci est causé par un trop-plein de bitume et également par un bourrage d’agrégats ou granulats dans un support trop tendre.

Les poids lourds ou machines agricoles peuvent causer des arrachements de la voirie suite à leurs passages sur des zones de ressuage.

Les arrachements sur le réseau routier

Les pelades sont des arrachements par plaques de la couche de surface. Cela peut être causé par un sous-dimensionnement ou un défaut de collage de la couche de roulement qui la rend incapable de supporter le trafic du réseau routier.

Le plumage est en réalité l’arrachement des gravillons qui se trouvent dans l’enduit de la couche de roulement. La cause peut être un mauvais compactage ou un manque de liant dans le bitume.

Les nids-de-poule, comme vous le savez tous, sont des trous dans la route. Ils laissent apercevoir toutes les couches de la structure de la route. La cause est due au ruissellement de l’eau suite au départ d’un élément de la couche de surface qui creuse la route et forme un trou sur le réseau routier.

Qui s’occupe des routes en Martinique ?

En Martinique, depuis le 1ᵉʳ janvier 2016, la Collectivité Territoriale remplace les Conseils Départementaux et Régionaux. Ce qui veut dire que c’est cette Collectivité Territoriale qui est en charge des réseaux routiers au niveau départemental et national.

Conduite à tenir pour un deux-roues face à ces dégradations du réseau routier ultramarin.

Face à ces dégradations sur le réseau routier Dom, la conduite à tenir est claire. À la vue de ces imperfections, vous devez ralentir votre moto et passer ces arrachements et nids-de-poule à vitesse réduite. Sinon, c’est votre garagiste qui va être content et vous, vous allez être soulagé de quelques deniers. Les factures de réparations peuvent vite monter en chiffres. Il est évident que si vous pouvez les éviter, passez à côté de ces imperfections. Mais, faites bien attention avant de faire un écart sur la route. Regardez bien devant vous si aucun véhicule ne circule dans le sens contraire au cas où vous devriez déborder sur l’autre voie. Mais aussi, regardez dans vos rétroviseurs pour voir si un véhicule est en approche et qui tenterait de vous dépasser. Pensez à mettre vos clignotants pour signaler aux usagers de la route vos changements de positions sur la voie.

Par temps de grosse chaleur, le réseau routier subit sur certains endroits le ressuage que nous avons vu plus haut. Pour réparer cela, les responsables de la voirie utilisent la méthode du cloutage. Cela consiste à rependre sur le ressuage plusieurs couches de gravillons. Faites très attention quand vous voyez un panneau triangulaire de signalisation indiquant un danger “Attention gravier !”. 

Surtout si le ressuage a été fait dans un virage. Mettez-les warnings et ralentissez votre allure afin de passer cette zone de danger tranquillement en toute sécurité. La raison est bien simple. Si la couche de gravillons est épaisse, vos pneumatiques vont perdre l’adhérence. En effet, le pneu ne peut pas se coller à la route si les gravillons sont libres et que rien ne les accroche entre eux. Et, le résultat peut s’avérer catastrophique pour vous et votre moto, car vous perdez le contrôle total de votre moto.

En fin de compte, le réseau routier se dégrade avec le temps dû aux conditions climatiques et le trafic routier. À savoir que certains accidents de la route sont causés par un mauvais état des routes. Quand vous roulez sur des zones dégradées comme mentionnées dans l’article, soyez extrêmement vigilants.

Bonne route à tous.

Hervé Fitte-Rey
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
27 900 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
ALFA ROMEO
GIULIA
43 900 €
49 040 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 3
31 113 €
35 380 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *