Le mal du transport en voiture : les symptômes et les causes

Par Hélène Luz | Le 08/05/2023 | Conseils achat / vente | Guides & Essais

  • Partager l'article sur :

Se déplacer, que ce soit en voiture, en bus, en avion ou encore en bateau ne devrait poser aucun problème. Toutefois, ces moments peuvent régulièrement être gâchés par le mal des transports. Certaines personnes y sont plus sujettes que d’autres, rendant ainsi leur quotidien particulièrement compliqué dès lors qu’elles doivent se déplacer en tant que passager. Tout ce que vous devez savoir sur ce mal bien connu par de nombreuses personnes.

Même si c’est un mal qui est relativement courant, peu de gens savent les causes de la cinétose. Dans cet article, nous vous proposons de lever le voile sur ces troubles qui peuvent apparaître soudainement dans n’importe quel transport.

Cinétose ou mal des transports : les causes ?

Ce mal appelé aussi naupathie correspond en définitive à un nombre plus ou moins important de bouleversements du corps qui apparaissent à la suite d’un déplacement à bord d’un moyen de transport. Cela se produit souvent en bateau, en voiture et parfois à bord d’un avion à la suite d’un dysfonctionnement entre l’audition et la vue. Ce trouble, qui est la plupart du temps sans gravité, touche relativement fréquemment les jeunes enfants ainsi que les femmes enceintes. Cependant de plus en plus de conducteurs en souffrent lorsqu’ils ne sont pas au volant. Néanmoins, personne n’est à l’abri d’être malade en voiture ni d’éventuellement complications.

Quand commencent les maux de transport ?

Peu importent les moyens de transport utilisés. Généralement, le mal de transport débute par une gêne, une sensation d’inconfort, un sentiment de malaise et des maux de tête (surtout si vous avez des antécédents de migraine) qui vont aller en s’accroissant. Relativement rapidement après, arrivent les suées associées aux nausées, plus ou moins prononcées. Certains voyageurs peuvent, par ailleurs, être pris de vertiges, de sueurs froides ou d’une transpiration abondante, d’un dégoût des aliments, d’une accélération de la respiration et d’une hypersalivation. Si on ne s’arrête pas pour prendre l’air ou pour faire retrouver au corps « une situation normale », les vomissements se produisent, et ce, même si l’estomac est vide. Il est alors important de permettre à l’individu sujet à ces troubles de se reposer, car des manifestations plus importantes peuvent survenir tel que l’épuisement total avec apathie.

Comment faire pour ne plus avoir envie de vomir en voiture ?

Dans l’Hexagone, pas moins de 3 millions de personnes présentent tout ou partie des symptômes du mal des transports. Certains gestes sont susceptibles de ralentir la survenue du mal de voiture et ainsi permettre un voyage moins traumatisant pour votre corps. Voici quelques mesures simples de prévention à mettre en place si jamais vous faites partie des « victimes » du mal des transports :

Ne sortez pas le ventre vide

Ne partez jamais avec le ventre vide. Il est nécessaire cependant de ne pas faire d’excès avant de prendre la route. Cela évitera que votre estomac ne se remplisse d’acidité. En effet, il n’y a rien de pire que de vomir uniquement de la bille. Mangez par conséquent léger et des aliments solides. Évitez, par ailleurs, les boissons telles que le café ou le lait et bien évidemment l’alcool qui ont tendance à favoriser les vomissements.

Ne lisez pas, ne regardez pas de vidéos ou ne pratiquez pas de jeux vidéo sur votre smartphone ou tablette

Le fait que vos yeux fixent une page ou une image va, en effet, donner de mauvaises informations au cerveau et cela va entraîner le fameux « mal au cœur ». Ce sont des facteurs favorisants l’apparition des symptômes du mal du transport en voiture !

Ne vous asseyez pas derrière

À cette place, la vision panoramique est limitée, voire faussée, car les yeux ne parviennent à voir que les sièges avant et une toute petite partie du pare-brise. Il est par conséquent préférable de prendre place sur le siège passager avant… mieux derrière le volant.

Restez au maximum la tête droite…

Restez au maximum la tête droite en essayant de ne faire aucun mouvement brusque pour ne pas déséquilibrer votre oreille interne, surtout si vous êtes contraint de prendre des virages successifs en voiture ou des routes de montagne.

Voyagez toujours dans le sens de la marche

Voyagez toujours dans le sens de la marche afin que votre organisme ne se trouve pas face à une opposition entre les informations. Votre cerveau, par l’intermédiaire de votre organe de l’équilibre, perçoit certaines données alors que les autres parties de votre corps, elles, en communiquent d’autres à la suite des différents mouvements du véhicule.

Essayez au maximum d’aérer la voiture

Essayez au maximum d’aérer la voiture afin de bénéficier d’un air renouvelé, mais surtout d’être à même de maîtriser la température de l’habitacle. 

Comment faire passer le mal du transport ? Quels médicaments utiliser ?

Bien heureusement, il existe un panel non négligeable de remèdes pour lutter contre les maux engendrés par un transport plus ou moins long en voiture. Certains peuvent être obtenus uniquement sur prescription médicale tandis que d’autres sont librement accessibles. Il est à noter toutefois, qu’il n’y a pas vraiment de médicaments miracles contre le mal de transport. En effet, chaque personne réagit différemment à ces derniers. La meilleure solution étant par conséquent de les tester pour trouver celui qui vous convient le mieux.

Les formules homéopathiques

Dans le cas où vous êtes plutôt pour l’homéopathie, sachez qu’il y a à ce jour sur le marché des produits spécialement conçus pour pallier les soucis de la route, et ce, selon les symptômes. Ainsi, que vous ayez besoin d’atténuer vos troubles ou de les prévenir, vous avez la possibilité de faire usage de Borax, de Petroleum, de Cocculus indicus, et même de Tobacum. Pour que ces remèdes homéopathiques donnent de bons résultats, il est primordial de suivre la posologie de ces derniers. Certains granules sont à prendre avant le départ, à l’apparition des maux, tandis que d’autres doivent être continués plusieurs heures après le trajet. Si vous avez un doute, le mieux est de vous rapprocher de votre pharmacien.

La phytothérapie

Cette médecine naturelle, à base de plantes, a démontré à plusieurs reprises ses bienfaits. Plusieurs études ont ainsi mis en lumière que le Rhizome de gingembre pouvait avoir un effet bénéfique sur le mal des transports en traitant notamment les nausées.

Les huiles essentielles

Dans l’éventualité où l’homéopathie n’a pas les résultats escomptés, sachez que les huiles essentielles sont susceptibles de venir efficacement en aide aux gens sujets au mal du transport, qu’il soit routier, aérien ou nautique. Attention toutefois, car les huiles essentielles sont extrêmement puissantes et mal utilisées ou dosées, elles peuvent avoir des effets secondaires néfastes.

Les bracelets anti mal des transports

Certaines personnes préconisent le port d’un bracelet contre le mal de la route en voiture. L’efficacité de ce dernier n’a jamais réellement été prouvée scientifiquement. Cet accessoire est censé par acupression prévenir les nausées.

Le mal du transport en voiture, en autres, est un trouble qui peut être pénalisant pour les personnes qui en sont victimes. Rien ne permettant de prévoir sa survenue, pour que les voyages ne tournent pas au cauchemar, il est incontournable de parvenir à maîtrises ses différents symptômes. Espérons que cet article aura pu vous aiguiller sur les traitements possibles pour vous soulager.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
34 000 €
60 590 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
19 900 €
29 260 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 3
31 113 €
37 270 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *