DROM : les voitures électriques sont-elles conçues pour les régions chaudes ?

Par Hélène Luz | Le 10/07/2024 | Environnement | Green

Depuis quelque temps, la presse s’est faite l’écho de très mauvaises expériences de propriétaires de voitures vertes, qui, lors de la canicule, ont vécu l’enfer avec leur véhicule. Parmi les réserves exprimées concernant les voitures électriques, la dépendance aux conditions climatiques revient régulièrement dans les débats : perte d’autonomie, crainte de tomber en panne, dysfonctionnement de la recharge électrique… Alors, quels sont les effets concrets de ces fortes chaleurs sur les véhicules électriques, en particulier dans les régions les plus touchées comme les DROM ? Dans ces territoires où les températures dépassent souvent largement la moyenne, ces types de véhicules font face à un défi unique. Les systèmes de batteries, essentiels au fonctionnement des voitures électriques, sont particulièrement sensibles à la chaleur. Néanmoins, cela signifie-t-il que les voitures électriques ne sont pas adaptées à ces environnements ? 

DROM : quels sont les points négatifs rencontrés sur les voitures électriques ?

Dans les départements ultra-marins, les utilisateurs de voitures électriques se plaignent de rencontrer plusieurs problèmes techniques liés aux conditions climatiques chaudes et humides de ces régions. Parmi les principales remontées, on note la dégradation accélérée des batteries due à la chaleur excessive. Les températures élevées sont susceptibles d’entraîner une surchauffe des batteries, réduisant ainsi leur efficacité, mais surtout leur durée de vie. Selon une étude de l’Institut de Transition Énergétique, les batteries des véhicules électriques perdent jusqu’à 20 % de leur capacité de stockage en deux ans dans des climats tropicaux, contre 5 à 10 % dans des climats tempérés. 
Les soucis de recharge sont également exacerbés dans les DROM. Les infrastructures de recharge sont souvent insuffisantes et mal réparties. Cela rend ainsi difficile l’accès à une recharge rapide et fiable. Les bornes de recharge sont, par ailleurs, moins performantes en raison des conditions climatiques extrêmes. Cela se traduit, par conséquent, pour l’automobiliste par un temps de recharge prolongé. Ainsi, selon un rapport de l’ADEME, les utilisateurs des départements d’outre-mer passeraient en moyenne 30 % plus de temps à recharger leurs véhicules que leurs homologues métropolitains. 
L’autonomie des voitures électriques est par ailleurs affectée par les températures élevées. Les systèmes de climatisation, indispensables dans les régions chaudes consomment, en effet, une quantité importante d’énergie, réduisant l’autonomie effective des véhicules. 
De surcroît, les coûts initiaux et de maintenance des véhicules électriques restent élevés dans les DROM. Cela est dû en partie à l’importation des pièces détachées et de la technologie spécialisée nécessaire pour les entretenir. Un rapport de l’Observatoire des Mobilités des Outre-Mer indique que le coût total de possession d’un véhicule électrique dans les DROM est en moyenne 15 % plus élevé que dans l’Hexagone. 

Quels sont les « remèdes » possibles aux problèmes rencontrés sur les voitures électriques dans les régions chaudes ?

Plusieurs solutions innovantes ou initiatives vertes sont en cours de développement afin de surmonter les défis rencontrés par les voitures électriques dans les régions chaudes et les DROM.

Systèmes de gestion thermique avancés pour batteries

Ces systèmes sont essentiels pour maintenir une température optimale de fonctionnement même dans des conditions extrêmes. Ces systèmes font appel à des technologies comme le refroidissement liquide et les matériaux à changement de phase pour dissiper la chaleur efficacement. Cela permet de prolonger ainsi la durée de vie des batteries et d’améliorer leurs performances. 

Des initiatives locales et des bornes de recharge solaires 

En réponse aux défis spécifiques des climats tropicaux et subtropicaux, des initiatives locales comme le projet « Eco-Mobilité » en Martinique visent à installer des bornes de recharge solaires. Ces infrastructures de recharge utilisent l’énergie solaire, présente en abondance dans ces régions, pour alimenter les véhicules verts. Cela permet ainsi de réduire l’empreinte carbone globale et d’augmenter la résilience des systèmes de recharge face aux coupures de courant fréquentes.

De plus, des technologies comme les panneaux photovoltaïques intégrés aux infrastructures de recharge et les systèmes de refroidissement passif pour véhicules sont en cours d’implémentation. Ces innovations confèrent non seulement de réduire les coûts énergétiques, mais aussi d’améliorer la fiabilité des infrastructures de recharge. 

Investissements dans l’infrastructure de recharge 

Investir dans l’infrastructure de recharge est incontournable pour résoudre les problèmes de disponibilité et d’accessibilité. L’extension du réseau de bornes de recharge rapide, en particulier dans les zones rurales et éloignées, peut aider à garantir que les automobilistes aient toujours accès à une recharge fiable. La standardisation des bornes de recharge et l’adoption de technologies de recharge sans fil peuvent, de surcroît, simplifier et accélérer le processus de recharge. 

Pourquoi les voitures électriques ne sont pas forcément l’avenir pour les DROM ?

Bien que les voitures électriques présentent des avantages significatifs en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elles font l’objet de critiques, notamment dans les Départements et Régions d’Outre-Mer. En effet, l’impact écologique de ces véhicules verts soulève plusieurs préoccupations dans ces régions chaudes et humides.

La production des batteries nécessite l’extraction de métaux rares, souvent associée à des pratiques minières néfastes pour l’environnement. De plus, les conditions climatiques des DROM accélèrent la dégradation des batteries, augmentant ainsi la fréquence de leur remplacement et posant des défis pour leur recyclage.

Le débat sur la durabilité des solutions actuelles dans ces départements est également alimenté par les limites des infrastructures de recharge. L’importation des technologies et des pièces de rechange, indispensables dans ces territoires éloignés, engendre des coûts et des délais de réparation plus importants, rendant les voitures électriques moins pratiques pour les habitants.

Il est donc possible de penser que malgré leurs avantages écologiques, les voitures électriques ne représentent pas une solution universelle et durable pour les régions ultra-marines. Il est alors essentiel de continuer à explorer et à investir dans des alternatives et des innovations adaptées à ces régions spécifiques, afin d’assurer une mobilité durable et efficace.

Hélène Luz
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
YARIS
22 990 €
27 580 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
28 600 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
23 523 €
29 150 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *