Un point à mi-parcours avec Mathieu Girard : « Confiant et prêt pour la deuxième semaine »

Par Emmanuel Rolland | Le 15/01/2024 | Actu | Moto | News | Sports mécaniques

  • Partager l'article sur :

Premier pilote guyanais à disputer le Dakar, Mathieu Girard a respecté son plan de route au guidon de sa KTM, et s’est confié à Oovango à l’occasion de l’étape de repos à Riyadh, capitale de l’Arabie Saoudite, où il a rechargé ses batteries avant d’attaquer la deuxième semaine de course.

Premier pilote guyanais à disputer le Dakar, Mathieu Girard a respecté son plan de
route au guidon de sa KTM, et s’est confié à Oovango à l’occasion de l’étape de repos
à Riyadh, capitale de l’Arabie Saoudite, où il a rechargé ses batteries avant d’attaquer
la deuxième semaine de course.

Après les six premières étapes, dont la dernière en date, la monumentale étape de 48 heures avec bivouac en plein désert, le Guyanais avait suivi son tableau de marche, et avait évité les embûches pour pointer à la 54e place du classement général la 37e dans la catégorie Rallye 2. L’arrivée est prévue dans la cité de Yanbu, sur les bords de la Mer Rouge, le vendredi 19 janvier.

Mathieu Girard en pleine action dans les dunes.
Clichés immortalisés par Matteo Genbbia.

Mathieu, avant tout, pouvez-vous nous expliquer dans quel état d’esprit vous vous êtes présentés au départ de la première étape de ce Dakar 2024 [le prologue disputé le vendredi 5 janvier] ?

 » Lors du départ de la première étape, j’ai surtout ressenti une grande fierté, celle de pouvoir être au départ de ce Dakar, car cela fait deux ans que l’on est sur ce projet. Il y avait une vraie excitation, et l’envie d’aller au bout. « 

De manière générale, comment s’est passée cette première semaine de course ?

 » La première semaine s’est plutôt bien déroulée dans l’ensemble, avec son lot de petits soucis, notamment quelques erreurs de navigation. Comme par exemple sur la quatrième étape où je manquais de concentration sur certaines notes, et je suis parti un peu à l’opposé de la trajectoire. Et également sur cette fameuse étape de 48 heures, avec 625 km de spéciale dans les dunes. Dès le kilomètre 200, j’ai rencontré un souci mécanique sur mes pompes à essence du réservoir de devant sur la moto. Je devais m’arrêter à chaque fois pour démonter le réservoir de devant et remplir celui de derrière de façon à avoir suffisamment de carburant pour avancer. Mais sinon, une première semaine qui s’est bien passée.  »

Y a-t-il eu des choses auxquelles vous ne vous attendiez pas ?

 » Pas de grosse surprise à vrai dire. Je m’attendais à un rallye difficile comme cela avait été annoncé, encore plus difficile que celui de l’année dernière, que j’ai beaucoup vécu à travers les vidéos que j’ai visionnées à l’époque. Je savais que la partie dunes, avec cette étape de 48 heures, allait être compliquée, ça a été le cas, donc je n’ai pas été surpris. En revanche content de voir que j’ai pu tenir la cadence physiquement jusqu’au bout. Je m’étais préparé à rencontrer ces difficultés, donc pas de grosse surprise, on va continuer comme ça. « 

Comment avez-vous vécu les spéciales physiquement, jusqu’ici ?

 » Physiquement, pour l’instant on tient bon, il n’y a pas eu de gros moments de fatigue ou de baisse de régime lors des spéciales. Je dirais plus que parfois c’est plutôt le mental qu’il fallait gérer, notamment lorsque j’ai fait mes erreurs de navigation, il fallait se remettre dedans pour avancer. Pour l’instant physiquement je l’ai bien vécu. « 

Quelle est la forme au moment de cette journée de repos tant attendue ?

 » Je vais très bien. La journée de repos nous a permis de dormir un peu plus le matin. On a eu droit à un petit déjeuner, au kiné pour remettre en forme les muscles, soulager un peu tout pour repartir de plus belle. On profite de cette belle journée pour se relâcher, se détendre un maximum et s’hydrater, manger ce qu’il faut pour attaquer au mieux cette deuxième semaine. « 

Aviez-vous fixé un tableau de marche sur ce Dakar 2024, et l’avez-vous respecté ?

 » Le plan est avant tout d’aller au bout de ce rallye et de faire partie des finishers de ce Dakar 2024. Les consignes étaient surtout de rester prudent sur chaque étape, de trouver son rythme, de ne pas rouler non plus en-dessous, de rouler comme je sais faire, et se concentrer sur la navigation chaque jour et avancer, et se rapprocher au fur et à mesure de l’objectif premier : rallier l’arrivée. On est plutôt sur une bonne trajectoire. « 

Comment abordez-vous cette deuxième semaine de course qui s’annonce ?

 » Physiquement je me sens bien, je ne me sens pas vidé. Je l’aborde sereinement, je suis bien encadré avec mon binôme composé de Damien Laversanne et mon frère jumeau François Girard. Donc confiant, et prêt à affronter les kilomètres qui nous attendent sur cette deuxième semaine. « 

Pour terminer, un mot à tous ceux qui vous suivent, de Guyane ou d’ailleurs, durant votre aventure sur cette épreuve ?

 » Un grand merci pour tous les messages laissés sur Facebook et Whatsapp, que ce soit des amis, la famille de la Guyane, ou des amis de Métropole ou ailleurs. Ça fait plaisir, ça rebooste et ça confirme le choix qui a été fait de participer à ce Dakar 2024 pour représenter la Guyane. Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas parce que l’on vient de la Guyane que l’on ne doit pas rêver grand. C’est un message à tous ceux qui ont des objectifs, des projets. Il ne faut pas avoir peur d’aller au bout de ses envies. Encore un grand merci à tout le monde, vous pouvez compter sur nous. Ce n’est pas fini, il reste encore une semaine, il peut se passer plein de choses, mais on va se donner à fond pour assurer chaque journée et être à l’arrivée de chaque journée, pour être sur le podium final de l’épreuve pour faire partie des finishers et ramener la médaille en Guyane. Ce serait un honneur pour moi de réussir cet exploit. Un grand merci à tous. « 

Après la journée de repos, Mathieu Girard a repris la route pour la 7 e étape le dimanche 14
janvier. Malgré deux chutes sans conséquence importante, et la perte de son étrier de frein
arrière, le Guyanais a rallié l’arrivée à la 49 e place du classement de l’étape, reprenant même
deux places au classement général, où il pointait au 50 e rang (sur 120 pilotes encore en
course) avant la 8 e étape du lundi 15 janvier.

Portrait de Mathieu Girard à l’arrivée de l’étape. Photo prise par Nomad Racing.
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *