Un nouveau départ pour Nazim Bangui

Par Emmanuel Rolland | Le 13/03/2024 | Actu | News | Sports mécaniques

  • Partager l'article sur :

Victime d’un gros accident en 2022 lors du Rallye des Vosges Grand Est, qui avait nécessité une longue convalescence, Nazim Bangui s’est ressourcé sur les routes réunionnaises l’an passé, où il a refait le plein de confiance. Le voici désormais sur le point de retrouver la Métropole et la Stellantis Motorsport Rallye Cup, dès le […]

Victime d’un gros accident en 2022 lors du Rallye des Vosges Grand Est, qui avait nécessité une longue convalescence, Nazim Bangui s’est ressourcé sur les routes réunionnaises l’an passé, où il a refait le plein de confiance. Le voici désormais sur le point de retrouver la Métropole et la Stellantis Motorsport Rallye Cup, dès le Rallye du Touquet (15-16 mars).

Des débuts très prometteurs

Après avoir fait ses classes sur son île natale, avec des résultats prometteurs notamment sur sa Citroën C3 R3T, Nazim Bangui avait découvert les épreuves de la Métropole en 2021, s’initiant pour la première fois aux épreuves phares du Championnat de France, au volant d’une Peugeot 208 Rally4, avec Valentin Augé dans le baquet de droite.

En 2022, décision était prise pour le pilote de Saint-Denis de se concentrer sur la Stellantis Motorsport Rallye Cup, où il comptait bien jouer les premiers rôles en catégorie Junior, lui qui n’est alors âgé que de 22 ans.

Un dramatique accident

Après une belle montée en puissance, Nazim Bangui abordait le Rallye des Vosges Grand Est avec ambition, où il était cette fois associé au Belge Louis Louka, avec lequel il avait pris ses marques lors du Rallye de la Luronne. Mais, alors qu’il pointait en tête du classement Junior, le Réunionnais était victime d’une violente sortie de route. 

Inconscient durant quelques minutes, hospitalisé d’urgence, Nazim Bangui était touché aux vertèbres. Contraint de rester alité durant trois mois et de porter un corset, ce dernier a su faire preuve de patience mais surtout de persévérance dans sa rééducation. Avec un objectif : revenir au plus tôt au volant d’une voiture de rallye.

« Début 2023, j’étais de nouveau apte à piloter », explique Nazim Bangui à Oovango. « On s’est posé la question de où reprendre le volant. Je voulais me donner le temps de me reconstruire. Nous aurions pu choisir de retourner en métropole, mais nous avons décidé de retourner rouler à la Réunion, sur des routes que je connaissais bien, entouré de mes proches, c’était important pour moi. Cela m’a fait du bien, je me suis laissé le temps de réappréhender tout cela. »

Un retour prudent

En mars 2023, Nazim Bangui s’alignait ainsi au Rallye Régional de Saint-Leu, son premier rallye depuis son accident dans les Vosges, sur un modèle qu’il connaissait bien : la Peugeot 208 Rally4.

« Nous n’étions pas très performants lors des premiers rallyes », se souvient-il. « Mais lors du Tour Auto, nous avons gagné la Coupe Peugeot. La performance était de retour, la confiance aussi ».

Encore vainqueur de sa catégorie lors du Rallye de Saint-Joseph, Nazim Bangui, épaulé tout au long de la saison par plusieurs copilotes différents – Olivier Naguin, Kevin de Berge, Corentin Silvestre ou encore Léa Sam-Caw-Freve, sa complice de longue date et copilote des premières années à la Réunion -, Bangui termine la saison en trombe. Et commence à réfléchir à la suite des opérations.

« Il y a évidemment encore un dernier step à passer, pour ne pas trop réfléchir à l’accident », reconnaît le pilote réunionnais. « Le fait de remettre le casque sur la tête n’était pas évident au début, mais la confiance est revenue au fur et à mesure. Et à la fin de l’année, on se battait systématiquement pour la victoire en Rally4 ».

Un nouveau départ

Décision est ainsi prise de revenir en métropole, et en Stellantis Motorsport Rallye Cup en 2024. Et, pour mettre toutes les chances de son côté, Nazim, infirmier de profession, choisit de se faire muter à Paris.

« Le pour et le contre ont été pesés. Ces formules de promotions, il faut les faires tant qu’on est jeunes. On avait l’occasion professionnellement de pouvoir partir avec ma femme, et nous avons pris cette décision. Si je ne le fais pas maintenant, ce sera compliqué de le faire plus tard. »

Léa Sam-Caw-Freve (cousine de Sam), est aussi du voyage. C’est elle qui pilotera à nouveau Nazim Bangui sur toutes les épreuves en Stellantis.

Et Nazim Bangui ne laisse vraiment rien au hasard puisqu’il évoluera au sein de la structure de Yohan Rossel – Champion de France des rallyes en 2019 -, et qui avait, pour la petite histoire, déjà accompagné les débuts d’un autre Réunionnais, Rehane Gany… accessoirement le cousin germain de Bangui.

« Yohan a fait débuter Rehane en rallye », poursuit Nazim Bangui. « C’est une référence, et chaque pilote qu’il a eu entre les mains, il en a fait quelque chose de très bien. L’occasion s’est présentée de le rejoindre, il ne fallait pas laisser passer cette chance. Je sais que son encadrement est un plus quand on évolue dans une formule de promotion. »

Prochaine étape : le Touquet

Afin de parfaire sa préparation en vue du Touquet, le Réunionnais a disputé le Rallye de la Côte Fleury.

« Nous avions deux critères pour nous rapprocher au mieux des conditions du Touquet et pour nous préparer le mieux possible à cette première manche du Championnat de France. Nous voulions rouler dans le Nord, sur des routes atypiques. On voulait aussi des conditions difficiles, comme ce sera probablement le cas au Touquet. Et on a été servis ! »

« Car, au Touquet, s’il pleut, c’est un véritable champ de bataille. Au Côte Fleury, on était obligés de freiner dans certains virages tellement c’était compliqué. Mais c’était une super expérience, et les chronos étaient là. « 

Nazim Bangui et Léa Sam-Caw-Freve peuvent même regretter d’avoir raté de peu la victoire dans la catégorie Rally4, où ils concluent finalement au troisième rang final, à un peu plus de 18 secondes de l’équipage vainqueur. Surtout si l’on considère que le duo de la Réunion a perdu la bagatelle de 30 secondes sur la seule spéciale « spectacle » en ville, en raison d’un problème de pompe à essence.

« On aurait pu gagner. Mais nous n’étions pas venus pour ça. Cependant, comme nous n’étions plus vraiment en lice pour la victoire, nous avons essayé des choses sur la voiture. On sort grandi de cette expérience, on s’est bien préparé. »

Direction désormais Le Touquet pour l’ouverture du Championnat de France. Un championnat que Nazim Bangui aborde avec détermination, mais sans pression. « Cela va être un peu compliqué au début car tous ceux contre qui je vais me battre ont déjà fait la coupe Stellantis l’an passé. Bien sûr, j’ai envie de la gagner, mais dans un premier temps, un podium ou un top 5 seraient bien. Et dans la Stellantis Cup, c’est la régularité qui compte.

On rappellera que la Stellantis Motorsport Rallye Cup propose un calendrier mixte, mélange d’épreuves asphalte et d’épreuve terre. Après Le Touquet, les concurrents de la coupe se retrouveront ainsi au départ du Rallye Rhône Charbonnières, (19-20 avril), du Rallye Terre d’Aléria (24-25 mai), du Rallye Aveyron Rouergue – Occitanie (5 et 6 juillet), du Rallye Terre de Lozère (31 août et 1er septembre), avant la finale au Rallye du Var (du 22 au 24 novembre).

Peu de chances en revanche de revoir Nazim Bangui au départ d’une manche du championnat de la Réunion cette année… a priori. « Financièrement, cela va être compliqué », conclut-il. « On va se donner à fond dans la coupe. On se donne les moyens de bien faire la Stellantis, avant tout. Bon, en milieu d’année, on fait toujours un point, et on verra alors, en fonction de nos résultats et de notre classement au championnat… »

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
29 000 €
57 590 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
27 900 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
22 483 €
27 070 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *