Steeven Orosemane :« Il faut relancer la dynamique du rallye en Martinique»

Par Emmanuel Rolland | Le 13/02/2024 | Actu | News | Sports mécaniques

Comme beaucoup, le quadruple champion de Martinique des rallyes s’inquiète de la
situation du sport sur son île. Mais reste persuadé que tous les ingrédients sont réunis
pour relancer la machine. Si l’activité rallystique s’est avérée plutôt maigre en Martinique l’an passé, 2023 nous a tout de même offert un morceau de choix, et une édition exceptionnelle du Martinique Rallye Tour en juillet dernier.


Après le coup de massue ayant suivi la sortie de route prématurée du maître Simon Jean-Joseph
sur sa Citroën C3 Rally 2 lors de la toute première spéciale, la bataille pour la victoire s’est avérée
indécise jusqu’au bout.
En effet, après les retraits d’autres sérieux prétendants à la victoire comme Rodrigue Théodore
(Volkswagen Polo GTI R5), et Thomas Badel (Renaut Clio Williams), venu de l’Hexagone pour
chercher la victoire sur le MRT, Steeven Orosemane (Citroën DS3 R5) et le champion barbadien
Jeffrey Panton (Skoda Fabia Rally 2) se sont livrés à un beau duel pour la victoire.
Au final, et après que les deux adversaires se sont rendus coup pour coup jusqu’à l’arrivée, c’est
bien le pilote martiniquais qui finissait par s’imposer, en compagnie de son copilote Jowann
Melgire, qui s’imposait pour moins de 24 secondes devant Jeffrey Panton et Michael Fennell, le
Britannique Robert Swann associé à Ludovic Kancel sur une Skoda Fabia R5 complétant le
podium final. Paul Horton, des îles Turks-et-Caïcos, échouant lui aux portes du top 3 sur sa
Citroën C3 Rally 2.


« C’est vrai que les médias, et même les organisateurs, ne nous plaçaient pas forcément parmi
les favoris », se souvient Steeven Orosemane, interrogé par Oovango. « Mais c’était bien de
voir qu’un pilote des Antilles pouvait rivaliser avec les meilleurs pilotes des Caraïbes, et même de
l’Hexagone, puisque Thomas Badel avait fait le déplacement. »
« C’est sûrement l’une de mes plus belles victoires en rallye mais, surtout, je retiendrai du MRT
qu’il s’agissait avant tout d’une victoire d’équipe. Il n’y a jamais eu aussi peu d’écart sur cette
épreuve jusqu’à la dernière spéciale. Cela restera quelque chose de très marquant pour moi.
Surtout que, pour Jowann (Melgire), mon copilote, il s’agissait de sa première victoire. »


Un succès qui permettait à Steeven Orosemane de prendre une belle revanche après le Rallye
Régional Madinina, où sa DS3 refusait tout service… avant même de se présenter sur la ligne de
départ de la première spéciale.


Aujourd’hui résident de la commune de Gros-Morne, Steeven Orosemane fait sans nul doute
partie des piliers du rallye en Martinique. Après des débuts prometteurs en 2014 sur la Citroën C2 R2, et un titre raté de peu, le natif de Schoelcher a été sacré dès la saison suivante. A ce jour,
quatre titres de champion de Martinique sont inscrits à son palmarès, lui qui a piloté par la suite
une Renault Twingo RS R2 Evo (2016-2018), une Peugeot 206 RC (2019), avant de passer à la
Citroën DS3 en cours de saison 2019.


Comme tous les protagonistes du championnat de la Martinique, Steeven Orosemane a vécu une
saison compliquée, marquée par les annulations d’épreuves (Saint-Joseph, Gros-Morne et Ho Hio
Hen Automobiles), faute d’un nombre suffisant de participants, et seulement deux épreuves au
calendrier sur l’île (Madinina et MRT).


« Evidemment, depuis le Martinique Rallye Tour, nous avons eu une très
très longue pause », continue Steeven Orosemane. « J’espère évidemment que la situation va
s’améliorer en 2024. C’est vrai que le Covid avait tout mis en suspens en 2020, mais on s’était dit
que ça allait repartir, car il y a un vrai engouement pour ce sport en Martinique. Malheureusement,
quand on regarde, on constate que ce n’est pas le cas, et la saison 2023 a été chaotique. »
« Il faut se poser les bonnes questions, et essayer de trouver des solutions », continue le pilote
martiniquais. « Je pense à titre personnel que notre sport n’est pas assez mis en avant par les
médias, qui ne sont pas assez présents sur nos manifestations. Il y a peut-être un vrai souci
d’échange entre les associations qui organisent les épreuves et les médias. »
« Pourtant, on voit qu’un événement comme le Martinique Rallye Tour est capable de drainer un
certain nombre de public et de médias. De la même façon, il faut arriver à ce que les autres
épreuves soient aussi suivies, car notre sport n’est pas assez véhiculé. Et il est difficile dans ces
conditions d’aller démarcher des partenaires, car il n’y a pas forcément l’exposition attendue. Du
coup, les équipages ont du mal à trouver les budgets et à s’aligner au départ des épreuves. C’est
dommage car les voitures de rallye sont bien là en Martinique. »


Les amateurs du rallye sur l’île de la Martinique attendent désormais avec impatience l’ouverture
annoncée de la saison, le Rallye Régional de la ville de Saint-Joseph, organisé par l’ASA Tropic,
prévu les 20 et 21 avril prochains. En espérant que suffisamment de concurrents se présentent au
départ.


« On va voir comment vont se présenter les premières manches du calendrier », continue Steeven
Orosemane. « Mais il faudra peut-être se mettre autour d’une table pour voir comment on peut
relancer la dynamique des rallyes à la Martinique. »
« Dans ce contexte, il y a quand même du positif puisque l’on revient sur l’organisation d’épreuves
de slalom
. C’est une très bonne idée, cela permet aux gens de pouvoir
s’exprimer sur une journée, en toute sécurité, et de découvrir s’ils ont la fibre du pilotage. Avant
éventuellement d’aller plus loin. Pour la première au Morne-Rouge, à laquelle j’ai assisté en
spectateur, j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de participants, des hommes et des femmes. C’est
important d’organiser ce genre de choses pour constituer un vivier de pilotes ici. »

Pour 2024 justement, Steeven Orosemane compte bien être au départ des quatre manches
prévues dans le cadre du championnat de la Martinique. Avec encore un questionnement au
niveau de sa monture.


« Il y a beaucoup de spéculations », conclut le quadruple champion de la Martinique. « La DS3 est
en vente, mais elle n’a pas encore trouvé preneur. Dans l’état actuel des choses, nous repartons
avec cette voiture en 2024, mais si elle est vendue, nous avons un autre projet en vue. »
Rendez-vous donc, si tout se passe bien, le 20 avril du côté de Saint-Joseph pour retrouver
Steeven Orosemane et Jowann Melgire au départ. Sur la Citroën DS3… ou un autre modèle.

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C5 AIRCROSS
30 990 €
37 030 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
DS
DS 7 CROSSBACK
55 180 €
71 180 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
23 940 €
30 330 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *