Dossier de la Rédaction (3/4) : la « vraie » boite auto à convertisseur de couple

Par Aurélien Voirin | Le 05/08/2021 | Dossiers de la rédac' | L'auto & vous | News | Passion auto / moto

La boite automatique (BA) à convertisseur de couple hydraulique et trains épicycloïdaux

Il s’agit ici de la « vraie » transmission automatique dite traditionnelle car équipée d’un dispositif hydraulique de conversion de couple qui diffère considérablement d’une boite manuelle. Ici c’est l’écoulement d’un flux d’huile au travers de la turbine (rotor) d’un convertisseur mécanique qui entraine le changement des rapports de boite en fonction des variations de pression induites par la vitesse de rotation.

Le principe est d’utiliser les propriétés hydrauliques d’écoulement de l’huile de boite au travers d’un rotor immergé dont la vitesse de rotation est modulée en temps réel par calculateur en fonction du régime moteur et des paramètres de conduite du véhicule. Ainsi, quand la vitesse de la turbine varie au sein du convertisseur de couple, la pression de l’huile varie proportionnellement, ce qui permet un changement de rapport fluide dans un sens ou dans l’autre.

Grâce à l’absence de friction interne et de disque d’embrayage, cette boite automatique procure le meilleur confort ainsi qu’une fiabilité exemplaire : une douceur absolue, aucune rupture de charge, aucune vibration transmise par les roues ou le vilebrequin du moteur, pratiquement aucun frottement mécanique, donc aucune usure ni aucun entretien spécifique durant toute la durée de vie du véhicule ! Bref, la voiture qui est équipée de ce type de transmission automatique devrait en principe s’user avant cette dernière…

Aisin, Paris Motor Show 2018
Boite automatique 10 rapports à convertisseur de couple Aisin AWR10L65 (credit photo Aisin). Le rotor immergé est bien visible sur la gauche.

Cette technologie de transmission hydraulique est aussi idéale pour tous les conducteurs qui souhaitent tracter des charges importantes (caravane, bateau, remorque, etc.) sans se soucier du relief de la route. En effet, en plus de préserver de tout patinage ou surchauffe du disque d’embrayage (puisque celui-ci est ici remplacé par un volume d’huile sous pression), une boite automatique à convertisseur de couple a la faculté d’augmenter dès le démarrage toute la plage de couple du moteur avec lequel elle est associée.

Technologie ultra performante, silencieuse, économe, confortable et fiable, mais fabrication complexe et coûteuse qui prédestine ces nouvelles boites à convertisseur de couple à équiper plutôt des véhicules premium. Quand ils acceptent d’en payer le prix, la plupart des constructeurs automobiles se fournissent donc chez les 2 références historiques de la boite automatique : le nippon Aisin et l’allemand ZF.

Et si autrefois, les anciennes générations de boite auto à convertisseur de couple se montraient parfois lentes en générant une surconsommation (car seulement 3 ou 4 rapports de démultiplication), ces désagréments ont aujourd’hui totalement disparu avec l’efficience et la sportivité des générations actuelles qui offrent maintenant 6, 7, 8, 9 ou même 10 rapports !

Ces boites automatiques (Audi TipTronic, BMW StepTronic, Fiat 9-speed, Mercedes 9G-Tronic, Peugeot EAT8, Porsche Tiptronic, Volvo GearTronic, etc.) sont désormais capables de rivaliser en vitesse avec les boites à double embrayage DCT, tout en les surpassant nettement en matière de fiabilité et de confort. Pour cette raison, elles ont tendance à être présentes principalement sur les modèles et finitions haut de gamme des constructeurs.

Dossier de la rédaction (2/4) : la boite robotisée à double embrayage (DCT ou DSG)

  • Partager l'article sur :
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *