Nouvelle norme GSR2, ce qui change !

Par Léopold Gaillard | Le 10/07/2024 | Actu | Economie | Industrie | News | Sécurité routière

L’Union Européenne met en vigueur la deuxième des trois phases de la norme GSR (General Safety Regulation) pour lutter contre l’insécurité routière. Cette nouvelle norme appliquée depuis le 7 juillet 2024 impacte toutes les voitures neuves vendues après cette date à au moins 1500 unités, peu importe la taille, la marque et la motorisation. Explications et impacts pour les futurs acheteurs de véhicules en Martinique, Guadeloupe, Guyane et dans l’Océan Indien.

Remue-ménage chez les constructeurs

Outre les normes d’émissions et de poids, les normes relatives à la sécurité active sont de plus en plus contraignantes. Jusqu’à présent, cette réglementation était seulement appliquée aux véhicules homologués depuis le 7 juillet 2022. Elle concerne les aides à la conduite via des capteurs et de l’électronique embarquée dans nos voitures. Bien que la plupart des sept dispositifs étaient déjà généralisés pour obtenir la note maximale aux crash tests Euro NCAP, certains constructeurs avaient fait le pari de s’en dispenser pour des questions pécuniaires. C’était le cas de Dacia qui faisait jusqu’à présent l’impasse sur ces assistances dernier-cri pour contenir le prix. Dacia doit désormais revoir sa copie pour respecter cette réglementation obligatoire.

La mise à jour et/ou l’implémentation des technologies embarquées relatives aux aides à la conduite représente un coût astronomique pour les constructeurs, faisant naturellement augmenter le prix à l’achat. Déjà après l’annonce de la première phase en 2022, Renault avait discontinué la Zoé et la Twingo car la mise à niveau était jugée comme trop onéreuse pour la marque au losange. Même si ces deux modèles étaient en fin de vie, cela fait craindre l’arrêt de commercialisation de modèles d’entrée de gamme chez certains constructeurs.

La norme GSR2 détaillée

Pour lutter contre l’insécurité routière, la deuxième phase de la norme GSR2, annoncée courant 2019, rend obligatoire sept équipements de sécurité active pour tous les véhicules neufs à compter du 7 juillet 2024.

Voici les équipements importants qui sont maintenant obligatoires sur toutes nos autos :

–        Aide active au maintien dans la voie

–        Adaptation intelligente à la limitation de vitesse

–        Freinage d’urgence autonome

–        Détection d’obstacle en marche arrière

–        Alerte de la perte d’attention ou de somnolence du conducteur

–        Prédisposition antidémarrage éthylométrique

–        Enregistreur de données

Outre ces équipements rendus obligatoires, la norme GSR2 prévoit des dispositions pour renforcer la protection de nos voitures contre les cyberattaques, un besoin croissant face à des modèles de plus en plus connectés donc vulnérables.

Un impact direct pour l’automobiliste

La norme GSR2 a un impact immédiat pour les acheteurs, alors que la précédente étape remontait au 7 juillet 2022. A cette date, ces équipements devenaient obligatoires pour les nouvelles homologations. La nouvelle Citroën C3 électrique, déjà disponible à la commande, intègre les équipements recensés dans la norme. Les modèles lancés avant le 7 juillet 2024 étaient jusqu’à présent épargnés mais voient désormais être en conformité.

La fin des entrées de gamme ?

Certains équipements étaient déjà diffusés à grande échelle, ce qui aiderait à limiter l’augmentation du prix. Il ne faut pas oublier que même une Dacia d’entrée de gamme est dotée de la panoplie complète de sécurité, et que derrière le prix se cache aussi la sécurité des usagers de la route.

Si l’on se réfère aux chiffres d’immatriculations VD+ garages du mois de juin 2024, il semblerait que de nombreuses concessions en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à Mayotte ont immatriculer des véhicules en anticipation de l’entrée en vigueur de la norme GSR2. 

Ces immatriculations génèrent mécaniquement un accroissement significatif des volumes véhicules dits "zéro kilomètre" mis à la vente sur ces marchés. Ces véhicules, dans un premier temps immatriculés et achetés par les concessions, sont en général moins chers qu'un véhicule dit neuf en raison de la cote Argus diminuant avec la durée de vie. Dans un second temps, même si l'acquéreur doit couvrir les frais de carte grise (souvent offerts par le concessionnaire), il possède une voiture non kilométrée dans un état "neuf".

En roulant en occasion, peut-être vous passerez-vous d’équipements que certains jugent nécessaires, d’autres de gadgets, ce qui est sûr est que vous passerez certainement à côté de leurs problèmes de fonctionnement. Il est possible de couper les assistances, à condition de maîtriser les sous-menus correspondants !

Léopold Gaillard
Les derniers articles par Léopold Gaillard (tout voir)
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C3 AIRCROSS
19 900 €
29 260 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
HYUNDAI
TUCSON
28 900 €
 
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
21 355 €
27 070 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez nos bons plans autos en exclusivité et le meilleur de l’actu auto/moto en Outre-mer, chaque dernier jeudi du mois !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *