Triumph 1200 RS : des évolutions moteur désarmantes

Par Pauline Delnard | Le 28/10/2022 | Conseils achat / vente | Essais Motos

  • Partager l'article sur :

Nous nous retrouvons avec le magazine Oovango du côté des anglais pour la présentation de la 1200 RS Triumph.Le modèle speed triple ayant vu le jour à partir des année 1993, cette naked bénéficie de toujours plus d’évolution en 2022. La précédente 1200 RS possédait déjà des atouts redoutables au niveau moteur et châssis. Pour cette année, la firme anglaise poursuit son développement en apportant un peu plus de légèreté mais surtout, de l’agrément moteur.

L’essai routier à la Réunion

La 1200 RS, esthétiquement d’abord

Pas de doute, c’est une Triumph ! On la reconnaît grâce à la forme de son réservoir, son arrière affuté et son cadre tubulaire. Alors, comment reconnaissez-vous la 1200 RS par rapport à une 765 ? D’une manière générale elle semble beaucoup plus imposante. Mais je pense qu’on peut la distinguer via son bloc optique beaucoup plus agressif que les autres catégories de la marque.
En matière de coloris, Triumph en proposera davantage en 2023 comme l’orange Baja Matt, le Matt Silver Ice, Sapphire Black, Carbon Black, Matt Carbon Black, Gris Storm, Silver Ice et Carnival Red…
De plus, pour vos accessoires, rendez-vous sur le site officiel de Triumph : protection de cadre, fourche, de réservoir, rétroviseurs d’embout de guidon, bocal de liquide de frein…

La position de conduite

C’est un point que nous apprécions particulièrement chez Triumph. Tout comme KTM, cette firme préserve la philosophie de la Speed Triple. Et ce, notamment à l’aide de rappel au niveau de la position de conduite, du comportement moteur afin de fidéliser le client puisqu’on a toujours un sentiment familier chez Triumph. Cela paye puisque chaque catégorie est finalement une évolution de la cylindrée inférieure… Revenons à nos moutons ! La 1200 Rs dispose de différents atouts :

  • une selle relativement large et confortable ;
  • une hauteur de 830mm ;
  • un guidon large de 792mm ;
  • des reposes pieds façon commandes reculées ;
  • un guidon assez large.

Et oui ! Cela ne rigole pas chez les anglais ! Sa position de conduite signe son côté hyper sportif. MAis la balade en duo devient de plus en plus difficile chez les 1000cc. En effet, le développement tend plus vers de la performance pure et dure plutôt que du cruise. Le petit emplacement semblable à une selle arrière existe histoire de… mais nous imaginons difficilement une sortie agréable côté passager !

Au niveau moteur de cette 1200 RS

Cette Triumph 1200 RS dispose d’un 3 cylindres en ligne dans un bloc de 1 160cm3, d’un alésage et d’une course de 90 x 60.8 mm, de 180ch disponibles à 10 750 tr/min et 125 Nm de couple à 9 000tr/min. Eh oui, en l’espace d’un an, Triumph upgrade sa machine de 30 ch supplémentaires. De quoi ravir les fans puisque la plupart de ses concurrentes démarraient à 160ch minimum. On ajoute à cela une perte de 7kg, cette féroce machine se rapproche d’un rapport poids/puissance très intéressant. En effet, il est de 0,99 car la RS passe en dessous de la barre des 200kg. Précisément, elle pèse 198 kg tous pleins faits. Sur le terrain, la puissance est présente à tous les étages, et c’est ce qu’on aime chez cette firme ! Son compromis de puissance délivré à bas et haut régime afin d’avoir une polyvalence hors pair entre le bi et 4 cylindres. Félicitations à la marque pour cette belle performance car la 1200 RS peut désormais titiller plusieurs de ses concurrentes.

Côté réservoir : d’une capacité de 15,5L, un peu moins que ses concurrents qui proposent généralement
du 17L, il offre une consommation moyenne de 7,1L/100km. Cela nous fait un peu plus de 200km
d’autonomie. Alors que ses concurrents embarquent un peu plus d’essence au réservoir pour une
autonomie similaire, nous pouvons donc dire qu’en comparaison, la Triumph a tendance à moins consommer.

Et d’un point de vue technologique ?

Dans l’ensemble, on se fie à la même base tout en apportant quelques évolutions. Avec un bel écran TFT de 5’’, vous serez assisté par :

  • 5 modes de conduites : Rain qui opte pour un comportement feutré au niveau de la poignée de gaz et du traction control afin de ne pas glisser de la roue arrière. Road, offrant un réglage des
    paramètres sur niveau moyen afin de profiter de cet ultra roadster avec un minium de sécurité ;
    Sport, qui délivre la bête, vous serez le seul maître à bord pour la contenir. Track et Rider, satisferont les pilotes les plus exigeants car c’est un mode qui vous permet de personnaliser chacun des paramètres selon vos envies.
  • IMU à 6 axes fournissant l’ensemble des données pour le bon fonctionnement de divers assistances : l’anti Wheeling, la Traction Control (sur 4 niveaux et désactivable), MSR, ABS Cornering
  • Régulateur de vitesse, shifter up&down, l’application my Triumph

Le mode Rain est très sécuritaire puisqu’on passe de 180 à 100ch. De plis, la différence entre le mode Road et Sport est marquée. Nous ressentons vraiment plus de nervosité à la poignée sur le mode le plus sportif. Enfin, le mode Track est un bon point, rien de mieux pour satisfaire les plus exigeants dans leurs réglages. Aussi, comme à son habitude, la firme anglaise nous propose un shifter réglé aux petits oignons ! Les vitesses passent sans à coups, à la descente comme à la montée.

Et le système de freinage dans tout ça ?

Cette 1200 RS offre un système de freinage tout à fait satisfaisant ! Celui-ci se compose à l’avant d’un double disque, diamètre 330mm, étriers radiaux brembo stylema 4 pistons, ABS Cornering. À l’arrière un disque simple, diamètre 220mm, étrier brembo 2 pistons, ABS Cornering. Triumph choisit l’un des références les plus performantes si ce n’est pas la plus performante du marché chez Brembo avec le modèle Stylema. L’amincissement des disques a aussi contribué à la perte 7kg sur l’ensemble de la moto. Rien à redire de ce côté, le freinage vous satellise au besoin ! Un point tout aussi appréciable : son mordant prononcé n’empêche pas sa progressivité au levier. Nous avons attesté son freinage en faisant la montée/descente de Cilaos (route des 400 virages) sans arrêt : aucune perte de performance constatée.

NB : comme la plupart de ses concurrentes, il faut atteindre une certaine température de disque pour bénéficier d’un freinage optimal.

Quant à la partie cycle …

C’est le point d’excellence d’une Triumph, son châssis incisif et ultra stable ! On part sur du full Öhlins avec une fourche inversée et un monoamortisseur tout d’eux d’un débattement de 120mm, réglages en précharge détente et compression. Ce n’est pas une surprise, le châssis est largement reconnu et approuvé par la plupart des motards ! Il est super compact, il offre un amortissement très stable en courbe et une belle précision dans le positionnement de la moto sur le bitume. La 1200 RS est l’un des roadsters les plus assis sur route à mon sens. Son centre de gravité est bas et je suis toujours autant bluffée lorsque l’on plante les freins, la fourche ne bouge pas d’un poil. Nous abordons un petit point qui continue sans doute à diviser sur ces suspensions donnent un aspect très ferme et brute sur route, c’est sans doute un peu déstabilisant sur route déformée mais cela n’enlève en rien à la performance des prestigieuses suspensions Öhlins.

Evaluation

C’est la fin de cet essai sur la 1200 RS Triumph 2022. En quelques mots, cette hyper naked nous offre une réelle surprise avec son gain de 30ch et sa perte de poids de 7kg, quoi demander de mieux ! La moto est bien plus réactive et caractérielle que l’ancienne version. Elle reste toujours aussi séduisante avec son sérieux regard full LED, un châssis toujours remarquable et un système de freinage composé de pièces des plus prestigieuses du marché. Cette ultime Speed offre une réelle expérience à vivre.

Retrouvez pour plus d’informations, la 1200 RS Triumph chez le concessionnaire Moto2000.

Les + de la 1200 RS :

  • Perte de poids
  • Position de conduite favorisant la
    maniabilité
  • Technologie avancée
  • Freinage performant
  • Précision du châssis
  • Caractère moteur plus prononcé en
    comparaison à l’ancienne génération
  • Consommation d’essence moins
    importante que ses concurrentes
  • Facilité de prise en main

Les – de la 1200 RS :

  • Tarif
  • Place limitée pour le passager

Fiche technique :

  • Type : 3 cylindres en ligne, 4T, refroidissement liquide
  • Cylindrée : 1 160 cm3
  • Alésage : 90 x 60,8 mm
  • Soupape : 4/cylindre
  • Puissance : 180 ch à 10 750 tr/min
  • Couple : 12,4 mkg soit 125 Nm à 9 000 tr/min
  • Alimentation : Injection électronique séquentielle multipoint avec commande électronique du papillon des gaz
  • Poids : 198kg tous pleins faits
  • Réservoir : 15,5L
  • Norme : Euro5
  • Hauteur de selle : 830mm
  • Angle de chasse : 23,9°
  • Empattement : 1445mm
  • Alimentation : injection
  • Transmission : 6 rapports, à chaîne, shifter up & down
  • Suspension avant : Fourche inversée Öhlins NIX30, diamètre 43 mm, débattement 120mm,
  • Suspension arrière : monoamortisseur Öhlins TTX36, débattement 120mm,
  • Frein avant : double disque, diamètre 330mm, étriers radiaux brembo stylema 4 pistons, ABS en courbe MIB-EVO
  • Frein arrière : Disque simple, diamètre 220mm, étrier brembo 2 pistons, ABS en courbe MIB-EVO
  • Dimension pneu avant : 120/70/17 en aluminium
  • Dimension pneu arrière : 190/55/17 en aluminium
  • Prix : à voir auprès de revendeur de chaque département

Performances :

  • Vitesse max : supérieur à 270 km/h
  • Consommation : 7,1L/100km (d’après notre essai)

Concurrentes :

  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
TOYOTA
YARIS
20 580 €
23 580 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
LEXUS
IS
29 990 €
30 990 €
Voir toutes les annonces
Guyane
Bon plan oOvango
CUPRA
FORMENTOR
48 900 €
 
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *