Contrôle technique et défaillances critiques

Par Marlène François | Le 18/08/2021 | Sécurité routière

9 petits points de contrôle en plus qui font une grande différence ! Depuis mai 2018, les contrôleurs automobiles doivent vérifier 132 éléments contre 123 précédemment lors du contrôle technique. Conséquences : 15 minutes de plus à passer sur chaque véhicule inspecté mais surtout la couverture de 652 défaillances potentielles dont 488 nécessitent une contre-visite.

« En fait, les défaillances, qu’on appelle critiques aujourd’hui, existaient déjà », rappelle un gérant de centre de contrôle technique martiniquais. « Elles ont simplement changé de catégorie. Ces défauts sont répartis parmi tous les points vérifiés : freinage, direction, roues/pneumatiques, châssis, vitrage/électricité, échappement ».

La véritable révolution de cette réforme, c’est l’interdiction de rouler dès le premier contrôle si une défaillance critique est relevée. « Avant cette réforme, en cas de défaut majeur, le propriétaire avait deux mois pour présenter à nouveau le véhicule, avec la possibilité de continuer à rouler en l’état », poursuit l’expert. « Aujourd’hui, cette interdiction de circuler empêche les véhicules présentant des anomalies graves de menacer la sécurité des usagers de la route ».

Vendre sa voiture

Le contrôle technique est obligatoire pour vendre son véhicule. Elle peut être vendue avec une contre-visite. Une voiture qui possède son contrôle technique périodique sera plus facile à vendre. Voilà d’autres astuces pour bien vendre son véhicule.

Quelles normes ont été rajoutées au ct depuis les 129 défaillances critiques?

Depuis la réforme de 2018, il existe aujourd’hui 652 défaillances, dont 488 (environs 3/4) pouvant mener à une contre-visite.

Les défaillances majeures sont sujet au motif de contre visite

Les défaillances mineures seront notés sur le contrôle technique, afin de permettre au propriétaire du véhicule de les corriger. Mais elles n’ont pas d’incidence sur la sécurité du véhicule ou sur l’environnement.

Les défaillances majeures (notées S sur le procès-verbal du contrôle technique) sont des anomalies assez grave afin de mettre en danger les utilisateurs du véhicules, donc le chauffeur tout comme les passagers, ou d’avoir un impact néfaste sur l’environnement.

Quel délai en cas de contrôle technique défavorable?

En cas de défaillance majeure, le propriétaire du véhicule dispose de 2 mois afin de passer une contre-visite. Pendant ce délai, le véhicule est encore autorisé à rouler, et le propriétaire doit faire les réparations nécessaires. A la fin de ce délai, il peut se voir immobilisé. En cas de contrôle technique corrigé, le véhicule est autorisé à rouler sur la voie publique.

Quel type de défaut ne passe pas au contrôle technique pour cause de point critique?

Les défaillances critiques (notées R sur le procès-verbal) sont des points particulièrement importants du véhicules qui ne sont pas en état d’assurer la sécurité, et mettent en danger immédiat le véhicule et ses occupants, ou impliquent une nuisance grave pour l’environnement. Les réparations exigées doivent être effectuées le jour même du contrôle, et il est aussi conseillé de confier le véhicule à un garage car les réparations doivent être effectuées avec des outils professionnels. En cas de non-réparation avant minuit du même jour, votre véhicule sera immobilisé.

Vous pouvez trouver un poste dans le domaine automobile parmi nos petites annonces.

Pneus usés et fuites d’huile

Dans les Outre-mer comme en Hexagone, le taux de contre-visite a logiquement augmenté. Selon nos confrères d’Autoplus (23/02/2021), la moyenne nationale est d’un véhicule contrôlé sur cinq qui fait l’objet d’une deuxième inspection. En Guadeloupe et en Guyane, le taux grimpe à 27,3% et jusqu’à 40,7% à Mayotte. Proche de la moyenne nationale, la Martinique et la Réunion recensent respectivement 21,6% et 22,2% de contre-visites.

« La plupart des cas concerne des pneus excessivement usés ou des fuites d’huile. Mais en général, les clients sont au courant. Certains viennent pour se faire confirmer une anomalie. Notre rôle consiste aussi à expliquer la gravité de certaines défaillances », conclut l’expert. Il existe des cas d’usure excessive des plaquettes, d’un feux de stop usé, ou d’essuie-glace peu efficace, voire à la mauvaise fixation d’un élément comme un rétroviseur.

Pour réduire le risque de contre-visite facturée en moyenne autour de 30€ dans les territoires, faites vérifier votre véhicule par un professionnel avant le passage au contrôle technique obligatoire, facturé en moyenne autour de 80€.

https://www.oovango.com/faire-le-choix-de-la-simplicite-avec-la-boite-manuelle-1-4/
  • Partager l'article sur :
Bons plans
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
25 490 €
30 990 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
30 560 €
36 560 €
Voir toutes les annonces
Martinique
Bon plan oOvango
CITROEN
C4
27 680 €
31 680 €
Voir toutes les annonces
Newsletter

Recevez le rendez-vous du week-end dans votre boîte aux lettres

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *